Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Covid-19 : Après deux mois de fermeture, le cri de cœur des patrons d’établissements de nuit à l’Etat

Ils ont été parmi les premiers à être frappés par les mesures prises par le gouvernement dans le cadre de la riposte contre la pandémie du Covid-19.

Après deux mois de fermeture, les patrons de plus 500 établissements de nuit (bars, maquis et restaurants) sont dans la tourmente. Et leurs employés au chômage qui seraient au nombre de plusieurs centaines de milliers, sont aux abois. « Nos téléphones ne font que crépiter à longueurs de journée pour des sollicitations d’aide. Il ne se passe pas un jour où nous ne soyons sollicités par des collaborateurs », nous ont confié les membres du MOPEN (Mouvement des Opérateurs Économiques des Établissements de nuit) et de l’UNP (Union Nationale des Patrons de bars, night-clubs, maquis, restaurants de Côte d’Ivoire).

Lire aussi : FIF : N’dri Romaric dit non à Didier Drogba

Face aux nombreuses difficultés auxquelles ils font face au quotidien, ces deux associations solidairement constituées, ont soumis leurs doléances à leur ministère de tutelle dans un livre blanc dès le début de cette crise, mais sans succès.

Au contraire, malgré l’assurance qu’on leur a donnée, les jours passent et la situation devient de plus en plus insupportable. Aucun centime sur les 1700 milliards débloqués par l’Etat depuis le 31 mars dans le cadre du plan de riposte pour atténuer l’impact de cette pandémie sur les populations et les acteurs économiques des secteurs formels et informels ne leur est parvenu.

« La pandémie a défiguré le secteur des établissements de nuit… Nous avons des dizaines de milliers de jeunes que nous employons qui sont en cessation d’activité. Les propriétaires des locaux que nous louons la plupart du temps n’ont que faire des invitations du gouvernement à parlementer. Il faut donc payer malgré l’absence de ressources. Le secteur des loisirs étant parmi les plus sinistré, il urge d’agir, sinon la reprise sera catastrophique », s’est exprimé Serge Bri (Président du Mopen et Patron de la 5e Avenue night club), soutenu par Affoutchi Magloire de l’UNP.

Face à cette décision de fermeture de leurs établissements, le constat est aussi amer avec des stocks de boissons et de nourritures avariés, un manque de sécurité total dans ce couvre-feu où leurs établissements fermés font les frais de cambrioleurs.

Lire aussi : Sensibilisation contre le Covid-19: Un Collectif de managers en studio pour sortir une œuvre…

C’est donc pour se faire entendre qu’ils ils ont convié la presse ce jeudi 07 mai 2020, à une conférence de presse à l’espace Acoustic aux 2-Plateaux-Vallon. De nombreux patrons d’établissements de nuit et restaurants, tels que Solo SS de l’Acoustic, Affoutchi Magloire de Voici Venise Bar, Aimé Zébié du maquis l’Internat et de l’INC, Serge Maméry du restaurant La Sangria, Prince Alex du VIP Discothèque, Le Gros Bedel du 50/50, Chico Lacoste du restaurant Unisex et plusieurs autres représentants d’établissements tels que le Life Star, le St- Germain et autres y ont pris part à cette rencontre. La réaction de l’Etat. Sinon, disent-ils, ce sera fatal pour leur secteur et pour l’ensemble des secteurs tourisme et de la distraction en Côte d’Ivoire, en général.

Par A.K

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires