Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Culture / 8e édition du Festival « A chez nous pays » : C’était culturellement explosif à Koumasssi

La 8e édition du festival de danses traditionnelles et de musique dénommé « A chez nous pays » a connu un franc succès cette année. Car l’espace Inch’Allah de Koumassi qui accueillait pour la première fois ce festival était positivement méconnaissable. Sécurité, beau dispositif, maquis géant, logistique de pointe avec de nombreux festivaliers qui ont répondu présents pendant les deux jours qu’a duré l’événement. Tel a été le scénario enregistré par Scom et ses partenaires à Koumassi le week-end dernier.

Installés dans la commune chère au ministre et maire Cissé Bacongo cette année, Eric Sekongo et son équipe de « Scom » ont plongé les populations de cette cité dans une folle ambiance les vendredi 06 et samedi 07 mars derniers.

Lire aussi : Humour / Les Abidjanais : Voici comment Moses Ahouné s’est associé à Pantcho le Gatair

La belle logistique de pointe de « Wendy&Co » a fait vibrer les riverains et de nombreux festivaliers venus d’ailleurs.

Le bal s’est en effet ouvert dans la soirée du vendredi 06 mars avec le volet musical. Ont assuré de façon spectaculaire l’ouverture de cette 08e édition, les artistes « Connexion Zouglou », Bebto Bongo, Vitale, DJ Léo, Yabongo Lova et bien d’autres.

Ensuite le lendemain samedi 07 mars, marquant l’apothéose, « A chez nous pays 2020 » rentrait dans sa phase la plus importante avec la participation des groupes de danses traditionnelles. C’était en présence d’autorités et célébrités tels que le représentant du parrain M. Amadou Gon Coulibaly, M. Fousseni Dembélé (DG de la RTI), le représentant du Maire de Koumassi, Abdoulaye Traoré, des chefs traditionnels… Les troupes de danses venus du Burkina Faso, du Togo, du Sénégal et de la Côte d’Ivoire ont plongé le public d’Inch’Allah dans la pure tradition africaine avec des prestations de danse.

Le groupe « Ndao Rabine » du Sénégal, la danse des Gourounsis du Burkina Faso, la danse « Agbadja » du Togo, la danse « Ermêzê » du groupe Amida de Dabou, le « Loron de Tehini » du Bounkani (Bondoukou) et autres se sont succédé sur le podium, à la grande joie des amoureux de la culture africaine.

Lire aussi : Erickson le Zulu – L’ultime séparation

Après les danses traditionnelles, la scène été cédée à l’artiste Luckson Padaud et les frères Sehia qui dans un live explosif, ont rapidement conquis le public de Koumassi.

Pendant plus de 2heures en effet, Padaud et les frères Sehia ont fait vibrer le public de Inch’Allah.

Face aux festivaliers qui ont totalement investi le lieu, d’autres artistes tels que le groupe Bénédiction prennent le relais.

Au tour de l’artiste Zouglou très attendu depuis la veille, Soum Bill » et ses musiciens, de monter sur la scène géante de « A chez nous pays » aux environs de 3hueres du matin, c’est la totale. Le public est plus déchaîné. L’artiste qui a adoré cette réaction de ces fans, demande à la sécurité de laisser ses fans se rapprocher du podium.

Lire aussi : Eunice Zunon à propos de Carmen Sama: « Il n’y a pas de jalousie, je fais ce que mon travail demande »

Dans une communion totale avec ces derniers, l’ex-Salopard distille sa musique. Et le public comme hypnotisé par le chanteur Zouglou communie avec lui dans une discipline totale. Après 1H30 de show, Soum Bill a pris congé de son public qui en redemandait encore et encore. La fête se poursuivra jusqu’au petit matin dans le  » village Solibra » avec son maquis géant qui n’a pas désempli depuis le premier jour.

Un franc succès donc pour cette édition 2020 de ce festival « A chez nous pays » qui motive le Commissaire Général et son équipe à envisager une reconduction de la prochaine édition dans le fief du Maire Cissé Bacongo.

Par A.K

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,