Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Ces romans ivoiriens revisités au cinéma

Lire implique un voyage inlassable, un voyage ou l’on peint, à son goût t, son monde.
Certaines œuvres resteront, à leur avantage, doublement ancrées dans les mémoires.
Adaptées au cinéma, ces histoires aussi surprenantes les unes que les autres se sont invitées et installées dans le quotidien des Ivoiriens.

Les voici…

Lire aussi : Célébration de ses 10ans de carrière : Kedjeva dévoile le programme des festivités

Ah les femmes : (Isaïe Biton Coulibaly)

Recueil de l’auteur ivoirien Isaïe Biton Coulibaly, cette œuvre qui dresse le portrait de la femme dans sa complexité a été adaptée au cinéma en 1999.En cinq épisodes, cette courte série a enregistré à l’instar du livre, un franc succès.
Le réalisateur N’Drya Jean a mis les bouchées doubles afin de combler les férus de comédie, d’intrigue et d’amour.
La crème du cinéma ivoirien a pris part à cette belle production cinématographique.
Guei Veh, Adrienne Koutouan, feu Kodjo Ebouclé, Salimata Kamaté, pour ne citer que ceux-ci.

Ah ! Les femmes, c’était :

L’ambitieuse de Kanango
La femme idéale
La femme de l’autre
Voyage sans ticket
Le diable au corps

Lire aussi : Célébration de ses 10ans de carrière : Kedjeva dévoile le programme des festivités

Cache-cache d’amour : (Adoras)

Premier long métrage tiré d’un des numéros d’Adoras, cache-cache d’amour est apparu comme un nouveau genre dans le cinéma ivoirien, en l’an 2001.
Réalisé par le Franco-ivoirien Didier Aufort et Siriki Baikro, ce téléfilm a duré en moyenne 50 minutes.
Celui-ci racontait l’histoire de Myriam Soumahoro, jeune fille se voyant obligée d’abandonner ses études pour épouser selon la volonté de ses parents, Ismaël TOURÉ, un homme qu’elle n’a pourtant jamais vu.
Les deux parties se prennent au piège de l’amour, mais un amour contrarié par certains obstacles qu’ils parviennent toutefois à déjouer. Les amoureux d’histoires à l’eau de rose ont été ravis.

Lire aussi : Célébration de ses 10ans de carrière : Kedjeva dévoile le programme des festivités

Le pari de l’amour : (Adoras)

Deuxième long métrage tiré des collections littéraires ivoiriennes à succès Adoras, le pari de l’amour a été présenté en 2003 sur le petit écran, réalisé par Didier Aufort. Tourné entre Paris et Abidjan, le synopsis a mis en lumière Caroline, jeune coiffeuse ivoirienne qui, après avoir gagné au loto, voit sa vie prendre une autre tournure.
Riche, elle décide de convoler vers l’Hexagone.
Elle y vivra une aventure palpitante ponctuée de trahisons, de luttes, de regrets et d’espoir, avant de revenir sur les bords de la lagune Ebrié et retrouver son grand amour, qu’elle avait abandonné pour un playboy du showbiz.
L’histoire de l’œuvre revisitée a charmé les téléspectateurs ivoiriens.
Un film qui a, par ailleurs, révélé Isabelle Béké, jeune mannequin qui faisait alors ses premiers pas dans le cinéma.
Bienvenue Neba, grand nom du théâtre ivoirien a aussi marqué de son empreinte, le téléfilm.

Lire aussi : Célébration de ses 10ans de carrière : Kedjeva dévoile le programme des festivités

La bête noire / Extrême obsession : Isaie Biton Coulibaly

Réalisé par l’Ivoirien Bernard Yao Mafili et présenté en 2009 à l’écran, « La Bête noire » d’Isaïe Biton Coulibaly, rebaptisé ‘Extrême Obsession » a mis en scène des acteurs d’exception tels que Guy Kalou, Khady Touré et bien d’autres.
Etaient traités dans cette production cinématographique des thèmes liés à l’argent et ses vices, la perfidie, des thèmes très actuels.

Les frasques d’Ebinto : (Amadou Koné)

Projet en cours, le film de l’œuvre à succès « Les frasques d’Ebinto » sera bientôt proposé sur le petit écran.
Nul doute que la revisitation filmique de cette histoire poignante sera vue et revue des milliers de fois.

Carole G

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,