Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Décès de la fillette de 10 mois : La décision du Ministre de fermer la clinique « Le Grand Centre » fait jaser la toile…

Il y a quelques jours, décédait l’enfant Dally Mélissa Elisa, âgée seulement de 10 mois environ, suite à un refus de pris en charge en réanimation pour une infection pulmonaire du fait d’une caution exigée avant intervention. Ce qui a engendré une colère généralisée sur la toile contre cette clinique. Suscitant de nombreuses polémiques et mentant à nu, la défaillance de notre système de santé.

Ainsi donc dans la journée du mardi 07 janvier 2019, jusque quelques heures après ce drame, le ministre de la Santé a sorti un communiqué avec un décision de fermeture momentanée de la clinique « Le Grand Centre » de Yopougon.

Lire aussi : Tiken Jah Fakoly » Mon combat est pour la dignité de notre pays et de l’Afrique »

Une décision dont l’exécution a été automatique. La clinique est donc fermée depuis hier. Suite donc à cette décision du Ministère de la Santé Publique et de l’Hygiène Publique de fermer la Clinique GRAND CENTRE de Yopougon, avec suspension du médecin fautif et son équipe, des voix s’élèvent pour dénoncer cela.

Pour certains, l’Etat doit certes prendre des sanctions, mais sans toutefois fermer la clinique eu égard au besoin qui se ressent dans la commune de Yopougon en la matière. En effet, cette commune ne dispose pas de centres de santé en nombre suffisant pour accueillir les nombreux malades après la fermeture du CHU de Yopougon et autre. Ainsi, pour eux, il aurait été plus judicieux de trouver une autre forme de sanction.

Lire aussi : Décès du Colonel-Major Wattao: Des obsèques organisées aux USA avant le rapatriement du corps à Abidjan

Par contre, d’aucuns apprécient la sanction de fermeture pendant 30 jours de cette clinique, mais tirent sur la sonnette d’alarme afin que l’Etat aussi prenne ses responsabilités car, disent-ils, ce dysfonctionnement dont a été victime la fillette décédée, est le même dans toutes les cliniques privées du pays et même très souvent au public.

Car en général, lorsqu’un malade est admis aux urgences dans un hôpital, sans moyen financier (caution exigée avant soins) il est très rare qu’un médecin l’examine. Certains médecins avouent qu’ils sont certes sensibles à la souffrance de leurs semblables dans ces cas qui sont légion, mais restent impuissants face au système établi qui met souvent leur carrière en danger lorsqu’ils le contourne. Car il serait contrôlent.

Lire aussi : Pré-enrôlement pour la CNI, mécontentement de la population face au nouveau mode

Et ce serait donc à ce niveau que le ministère devrait d’abord intervenir afin de briser ce système pour que les choses suivent positivement dans les centre hospitaliers.

Et vous, quel est votre avis ?

Par A.K

VOUS AIMEREZ AUSSI

—————————————————

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,