Donald Trump affirme sans le prouver que Google, Twitter et Facebook étouffent l’affaire des emails d’Hillary Clinton

Donald Trump a trouvé un nouveau coupable qu’il accuse — parmi tant d’autres — de « truquer » l’élection présidentielle américaine en sa défaveur.

Donald TrumpDonald Trump pendant sa campagne présidentielle, le 29 octobre 2016, à Golden dans le Colorado. REUTERS/Carlo Allegri

Dans un tweet publié ce dimanche, le candidat républicain a déclaré sans fondement que les entreprises de la tech essayaient d’étouffer les nouvelles révélations concernant l’enquête du FBI sur l’affaire des emails d’Hillary Clinton.

La candidate démocrate a utilisé le serveur de sa boîte email personnelle alors qu’elle était secrétaire d’Etat.

« Wow, Twitter, Google et Facebook sont en train d’enterrer l’enquête criminelle du FBI concernant Clinton. Des médias très malhonnêtes ! », a écrit Trump.

Donald Trump ne donne aucune preuve de ces déclarations. Des preuves qui étaient également absentes lorsqu’il assurait que les groupes médias et les sondeurs œuvraient sciemment à ce qu’il ne soit pas élu président.

Comme le présentateur de CNN Brian Stelter le faisait remarquer dimanche, l’enquête du FBI concernant les emails de Clinton était l’actualité qui remontait en tout premier dans Google News, mais aussi l’un des sujets les plus discutés sur Twitter.

Par ailleurs, après avoir été épinglé un peu plus tôt dans l’année pour avoir filtré des médias de droite, Facebook a retiré la curation humaine de toute sa section « trending topics » (« sujets populaires »). Désormais les articles sont poussées en tête en fonction de leur popularité et de leur importance pour l’algorithme de Facebook.

Insider
Back to Top