Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

DOSSIER / Quelques grandes épidémies/pandémies vécues dans le monde

Le covid-19 sème présentement la terreur dans le monde entier. Plus de 135 pays sont tpuchés avec près d’un million d’infectés dans le monde depuis sa découverte en Chine dans le mois de Novembre 2019.
Avant cette terrible pandémie, d’autres ont secoué et continuent de secouer (pour certaines) la planète.
Zoom sur celles-ci :

1. La peste noire

La peste noire ou mort noire est le nom donné par les historiens modernes à une pandémie de peste, principalement la peste bubonique, ayant sévi au Moyen Âge, au milieu du XIVe siècle. Cette pandémie a touché l’Eurasie, l’Afrique du Nord et peut-être l’Afrique subsaharienne. Elle n’est ni la première ni la dernière pandémie de peste, mais elle est la seule à porter ce nom. En revanche, c’est la première pandémie à avoir été bien décrite par les chroniqueurs contemporains.
Elle a tué de 30 à 50 % des Européens en cinq ans (1347-1352) faisant environ 25 millions de victimes. Ses conséquences sur la civilisation européenne sont sévères et longues, d’autant que cette première vague est considérée comme le début explosif et dévastateur de la deuxième pandémie de peste qui dura, de façon plus sporadique, jusqu’au début du XIXe siècle. Cette peste est l’une des épidémies les plus meurtrières de l’histoire.

 

Lire aussi : Coronavirus : après sa sortie sur le vaccin du BCG en Afrique contre le covid-19, Jean-Paul Mira se met à dos les avocats marocains

2. La peste de 1720

La peste de Marseille de 1720 est la dernière grande épidémie de peste enregistrée en France.
Elle fut propagée à partir du Grand-Saint-Antoine, un bateau en provenance du Levant (la région de la Syrie), accostant à Marseille le 25 mai 1720, jugé comme étant à l’origine de l’épidémie. En effet, sa cargaison constituée d’étoffes et de balles de coton est contaminée par le bacille responsable de la peste. À la suite de graves négligences, et malgré un dispositif de protection très strict comportant notamment la mise en quarantaine des passagers et des marchandises, la peste se propage dans la ville. Les quartiers déshérités et les plus anciens sont les plus touchés. La peste s’étend rapidement dans la cité où elle entraîne entre 30 000 et 40 000 décès sur 80 000 à 90 000 habitants, puis dans toute la Provence, où elle fait entre 90 000 et 120 000 victimes sur une population de 400 000 habitants environ.

 

3. Le choléra

Le choléra est une toxi-infection entérique épidémique contagieuse due à la bactérie Vibrio choleræ, ou bacille virgule, découverte par Pacini en 1854 et redécouverte par Koch en 1883. Strictement limitée à l’espèce humaine, elle est caractérisée par des diarrhées brutales et très abondantes (gastro-entérite) menant à une sévère déshydratation. C’est une diarrhée infectieuse de type syndrome cholériforme (ou diarrhée hydroélectrolytique) à ne pas confondre avec le syndrome gastro-entéritique. La forme majeure classique peut causer la mort dans plus de la moitié des cas, en l’absence de thérapie par réhydratation orale (en quelques heures à trois jours).
La contamination est orale, d’origine fécale, par la consommation de boissons ou d’aliments souillés.
Actuellement, le monde connaît la septième pandémie de choléra qui a commencé en 1961 et a affecté les continents africain et américain.
L’Organisation mondiale de la santé estime que le choléra entraîne chaque année environ 100 000 morts pour 4 millions de cas recensés. En France (hors Guyane et Mayotte), où le choléra autochtone a disparu, on compte entre 0 et 2 cas importés chaque année depuis 2000.

 

Lire aussi : Coronavirus / le Burkina prêt à tester la chloroquine et un phytomédicament sur les malades

4. l’Influenza espagnola (grippe espagnole)

La pandémie grippale de 1918, dite « grippe espagnole », est due à une souche (H1N1) particulièrement virulente et contagieuse qui s’est répandue de 1918 à 1919. Bien qu’étant d’abord apparue aux États-Unis, puis en France, elle prit le nom de « grippe espagnole » car l’Espagne – non impliquée dans la Première Guerre mondiale – fut le seul pays à publier librement les informations relatives à cette épidémie.
Cette pandémie a fait de 20 à 50 millions de morts selon l’Institut Pasteur, et peut-être jusqu’à 100 millions selon certaines réévaluations récentes, soit 2,5 à 5 % de la population mondiale.
Selon l’historien Niall Johnson qui se base sur la fourchette basse, les plus grandes pertes ont touché l’Inde (18,5 millions de morts, soit 6 % de la population), la Chine (4 à 9,5 millions de morts selon les estimations, soit 0,8 à 2 % de la population), l’Europe (2,3 millions de morts en Europe occidentale, soit 0,5 % de la population) et les États-Unis (entre 500 000 et 675 000 morts, soit 0,48 à 0,64 % de la population).

5. La Grippe asiatique (1956 à 1958)

Il s’agit d’une variante de la grippe aviaire, qui aurait causé entre 1 et 4 millions de morts.
Cette grippe est apparue pour la première fois dans la province Guizhou, en Chine, en 1956. Le virus est vite arrivé aux USA, où il a fait près de 70 000 morts.
Elle aurait tué 100 000 personnes en France.

Lire aussi : Actu du monde/ Coronavirus : Un dirigeant de F1 Red Bull propose de contaminer ses pilotes

6. La grippe de Hong-Kong, (1968 à 1970)

La grippe de 1968 ou grippe de Hong Kong était une pandémie de grippe qui a eu lieu dans le monde entier à partir de l’été 1968 et jusqu’au printemps 1970. Elle a tué environ 1 million de personnes et a été causée par une souche réassortie H3N2 du virus H2N2 de la grippe A.
Cette grippe de Hong-Kong est donc une souche de la grippe asiatique.
Elle est considérée comme la première pandémie de l’ère moderne.

7. VIH SIDA

À la fin de l’année 1978, de nombreux Américains à New York et Los Angeles sont atteints d’une pathologie inconnue. Les symptômes sont tous identiques : amaigrissement, fièvre, pneumonie et sarcome de Kaposi, une forme de cancer qui provoque l’apparition de tumeurs violacées sur la peau. Cette maladie, qui touche principalement la communauté homosexuelle, est alors surnommée « peste gay » ou « syndrome gay ».
En 1983, une équipe française chapeautée par Luc Montagnier observait pour la première fois le VIH sous un microscope.
Le virus de l’immunodéficience humaine ou VIH (en anglais, human immunodeficiency viruses ou HIV) est un rétrovirus infectant l’humain et responsable du syndrome d’immunodéficience acquise (sida).
Voici les récentes statistiques (bilan 2018) du VIH dans le monde :
• 37,9 millions [32,7 millions – 44,0 millions] de personnes vivaient avec le VIH (en 2018).
• 1,7 millions [1,4 millions – 2,3 millions] de personnes sont devenues nouvellement infectées par le VIH (en 2018).
• 770 000 [570 000 – 1,1 million] de personnes sont décédées de maladies liées au sida (en 2018).
• 74,9 millions [58,3 millions – 98,1 millions] de personnes ont été infectées par le VIH depuis le début de l’épidémie (en 2018).
• 32,0 millions [23,6 millions – 43,8 millions] de personnes décédées de suite de maladies liées au sida depuis le début de l’épidémie (en 2018).

Lire aussi : Coronavirus : La femme de Davido testée positive

8. Le virus Ebola

C’est l’agent infectieux qui provoque, chez l’homme et les autres primates, des fièvres souvent hémorragiques — la maladie à virus Ebola — à l’origine d’épidémies historiques notables par leur ampleur et leur sévérité. La transmission entre humains a lieu avant tout par contact direct avec des fluides corporels. Il s’agit d’un virus à ARN monocaténaire de polarité négative (ordre des Mononegavirales) et à génome non segmenté (groupe V de la classification Baltimore). Il présente l’apparence filamenteuse caractéristique des filovirus, une famille à laquelle appartiennent également le virus Marburg, le virus de Lloviu (genre Cuevavirus)3 et le virus Měnglà (Genre Dianlovirus).
Autrefois appelé virus Ebola Zaïre, le virus Ebola appartient au genre Ebolavirus et représente le seul virus de l’espèce Ebolavirus Zaïre.
La maladie qu’il engendre, pour laquelle il n’existe pas jusqu’ici de traitement homologué, présente un taux de létalité allant de 25 % à 90 % chez l’humain ; l’épidémie qui a sévi en Afrique de l’Ouest en 2014 et 2015 affichait ainsi une létalité de 39,5 % au 27 mars 2016, avec 11 323 morts sur 28 646 cas recensés.

9. Le paludisme

Le paludisme ou la malaria, appelé également « fièvre des marais », est une maladie infectieuse due à un parasite du genre Plasmodium, propagée par la piqûre de certaines espèces de moustiques anophèles.
En 2017, 219 millions de cas ont été recensés par l’OMS, tandis que le paludisme a causé la mort de 435 000 personnes cette même année. L’Afrique reste le continent le plus touché par la maladie.

Carole G

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,