Ecosse: à Aberdeen, les indépendantistes du SNP étudient l’option du référendum

media
La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon (G) et le vice-Premier ministre John Swinney (D) à l’ouverture
du congrès du SNP à Aberdeen, le 17 mars.
 

Le ton a été donné sans concession en lever de rideau du congrès d’Aberdeen. Theresa May a beau avoir refroidi les ardeurs indépendantistes en repoussant aux calendes grecques un nouveau référendum, il n’y a pas de « non » qui tienne, comme l’a martelé Angus Robertson, le chef des députés du SNP au Parlement de Westminster.

« Juste au cas où certains à Londres n’écouteraient pas, le référendum en Ecosse aura lieu. Et aucun Premier ministre britannique, aucun Premier ministre britannique ne devrait oser s’interposer face à la démocratie écossaise. Les gens de ce pays auront leur mot à dire, on ne les en empêchera pas », a-t-il lancé.

Mais derrière la rhétorique dure destinée à galvaniser les troupes indépendantistes réunies à Aberdeen, les dirigeants du SNP tentent de contourner la fin de non-recevoir opposée par Theresa May.

Nicola Sturgeon s’est ainsi dite prête ce vendredi à discuter du calendrier de ce second référendum et a laissé entendre qu’il pourrait avoir lieu non plus avant le Brexit comme le SNP l’exigeait, mais après la sortie de l’UE.

Rfi.fr