Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Edito: Cote d’Ivoire: Le Football à la recherche de spectateurs.

asec mimosasDes années fastes en matière de football en Côte d’Ivoire, nous en avons connu, des noms légendaires également.Des stades archi combles chaque week-end, à Abidjan ou à l’intérieur du pays, c’était courant. La passion des supporters, la joie de la victoire, la mélancolie de la défaite, les discussions dans les bars et maquis çà et là, avec le brin de fraternité étaient monnaies courantes. Deux équipes de la capitale se partageaient la poire en matière de popularité, l’Asec Mimosas et l’Africa Sports National.

Ensuite venaient les autres, le Stade d’Abidjan et le Stella Club d’Adjamé. A l’intérieur il y avait entre autres, le CO Bouaflé, le Denguélé d’Odienné, le Sporting Club de Gagnoa, l’USCB Bassam, Le RC Daloa, La SOA, l’ASC Man qui essayaient comme ils le pouvaient de tenir la dragée aux deux club phares de la capitale.

C’était un plaisir de voir le week-end arriver pour les amoureux du foot. A Abidjan, ils avaient leur arène, le Stade Felix Houphouët Boigny, certains l’appelaient  » La Bonbonnière » ou encore  » Le Felicia », les athlètes qui s’y produisaient étaient des Dieux vivants, populaires, adulés, idolâtrés, aimés et adorés comme jamais.

Du côté de l’Africa Sport national, les Miezan Pascal, Joseph Antoine Bell, Lago Patrice, Gba Bernadin, Tchetché Aimé, Monguehi Guehi, Peter Kaumba, Rashidi Yekini, Alex Chola, Gnaoré Depié Emile, Atsin Sylvestre et autres Guédé Gba, Brima Camara, Kouassi N’dri, Gbala Gnato, Maguy Serge Alain, Sekou Bamba, pour ne citer que ceux-là, dirigés des mains de maitre, à un moment, par Yeo Martial et Ibrahim Sunday étaient quelques-uns des gladiateurs vert et rouge, avec à leur tête le charismatique Simplice De Messe Zinsou et son équipe de dirigeants légendaires.asec-africa-0009

De l’autre cote, l’Asec Mimosas et ses couleurs or et noir, avec ses géants de l’époque. Oscar Fullone, l’entraineur emblématique d’une période, des Mimosas, et Me Roger Ouegnin, conduisant leurs gladiateurs à eux, les Zaré Mamadou, Ndiaye Aboubacar Sékou, Maxime Gouaméné, Abdoulaye Traore Ben Badi, Kassi Kouadio-Lucien, John Zaki, Fallet Villasco, sans compter Youssouf Falikou Fofana, Losseni Konaté, Aka Kouamé Basile, Guel Tchiressoa, Sam Abouo Dominique, Badra Aliou, Baloki Florent et bien d’autres, je passe sous silence l’épopée des académiciens, couleur Jean Marc Guillou.

Le Stade Felix Houphouet Boigny devenait trop exigu les week-ends, peu importait l’affiche. Tous les matchs en général étaient des duels au sommet, où que cela se passe, Asec-Gagnoa, Africa-Denguélé, Stade-Daloa, Stella-Gagnoa, Asec-Stella, Stade-CO Bouaflé, Denguélé-ASM Man, Daloa-Gagnoa, Africa-Soa, Stella-CO Bouafle, Gagnoa-Denguélé, etc.

Et puis, arrivait le grand jour, celui du « Clasico », il se déroulait en deux manches, aller et retour, le duel des Titans en quelque sorte, il fallait se procurer le ticket à l’avance, nul ne voulait rater ce match au sommet, pas question de se le faire raconter, la rivalité Asec/Africa donnait de quoi faire à tous, pour certainement, 90 minutes, sinon 120, plus le temps des tirs aux buts.

Vendeurs de sandwiches, de boissons hygiéniques ou alcooliques, vendeuses et vendeurs de tickets parallèles, vendeurs de glaces, de drapeaux aux couleurs de l’un ou de l’autre club, vendeurs de tabacs, de foulards, d’espaces pour parkings, chacun y voyait  » le jour de son jour ».

Tout y passait le jour d’un Asec-Africa au « Felicia ». Tout le monde y trouvait son compte, la FIF en tête. Prévu pour 35000 spectateurs, le stade Felix Houphouet Boigny passait ce jour-là à 45000 ou 50000 spectateurs. Délires, extases, folies, passions, joies, frustrations. Asec Africa, c’était le rendez-vous de toutes les émotions, pour les fanatiques du football, tout comme pour les profanes qui subissaient les excès des fanatiques.

Les « gladiateurs » dans l’arène déchainaient toutes les passions, elles-mêmes, entretenues, par un public accroc a son ou à ses match du week-end.Aujourd’hui, pour un Asec-Africa portes ouvertes, vous n’aurez pas plus de 500 spectateurs, les temps ont vraiment changé, les passions sont ailleurs, les centres d’intérêts, également.

Le champion de Cote d’Ivoire 2015 s’appelle l’AS Tanda, connaissez-vous les couleurs de l’AS Tanda ? Allez, à la semaine prochaine.

BK

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,