Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Élection CAF : Joseph Antoine Bell accuse…

Le football africain attend de connaître son prochain président. Sauf que pour le choix des candidats, c’est la FIFA qui a décidé. Une attitude qui choque de nombreux Africains. Dans une contribution à l’hebdomadaire Jeune Afrique, Joseph Antoine Bell s’est exprimé sur la question.

Lire aussi : Un homme déclaré mort et enterré refait surface quelques jours plus tard…vivant

Pour la légende camerounaise du football, on peut crier au paternalisme, car l’instance mondiale resserre son étreinte sur la CAF en la plaçant, de fait, sous tutelle. Il convient avec les observateurs qui pensent que ce qui se passe à la CAF n’a d’équivalent dans aucune autre confédération.

« Il faut bien l’admettre, les Africains ont leur part de responsabilité. Si vous manquez de dignité, les autres vous manqueront de respect… », ajoute Bell

L’ancien gardien des Lions Indomptables, rappelle que l’arrivée d’Ahmad Ahmad avait semblé marquer la fin de l’opacité dans la gestion de la CAF. Mais les hommes censés incarner ce renouveau ont conservé les habitudes du passé.

Lire aussi : « Revenge porn », une jeune marocaine arrêtée pour avoir été filmée à son insu en plein ébats sexuels

Il pense que la seule manière pour l’instance africaine d’éviter l’immixtion de la faîtière mondiale dans ses affaires est de se montrer irréprochable, organisée et de porter à sa tête un chef consensuel. D’ailleurs pour Antoine Bell, ce n’est pas la Fifa qui s’est invitée à la CAF, ce sont plutôt les Africains qui l’y ont convié. La légende n’en veut donc pas à la Fifa mais aux Africains, qui ne parviennent pas à gérer leurs propres affaires. Il indique que ceux qui crient à l’infantilisation seraient surpris du nombre de fois où la CAF ou un de ses membres (fédération, club) a sollicité Zurich dans le règlement du moindre conflit.

En clair, Antoine Bell pense que ce n’est pas une purge qui sauvera la CAF. Tendre vers l’éthique doit être un combat de tous les instants.

Joe Midelli

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires