Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Elle fait emprisonner son violeur et lui rend visite en prison

Ramata Diallo est une jeune fille Sénégalaise qui a été violée par un certain El Hadji Alioune Diop en 2020.

A cette date, elle était encore mineur (à peine 16 ans). Elle accusait de plusieurs forfaits, notamment viol pédophilie et détournement de mineur.

Expliquant comment cela c’était déroulé, elle confia :

“J’ai été violée 5 fois en 2020 dans un bâtiment à Guédiawaye. En ce moment, j’avais 15 ans et j’avais peur de lui. Je l’ai suivie ce jour-là sous ses menaces. Il avait une emprise sur moi parce qu’il m’avait traumatisée. Il m’a brûlée avec un mégot de cigarette sur ma cuisse. Il prend de la drogue et boit de l’alcool”.

Lire aussi : Une jeune femme sauvée après avoir pris du poison parce que son père l’a fouetté (vidéo)

Mais fait rare, contrairement à plusieurs victimes de viol qui ont une énorme haine contre les malfaiteurs, Ramata Diallo a cette force d’aller rendre visite à ce dernier en prison.

C’est l’information qu’a reçu le père de l’accusé Lamine Diop. Le géniteur révèle également qu’elle lui apportait des vêtements et de la nourriture.

Après vérification du carnet de visite il s’est avéré que le père disait vrai.

Un enregistrement sonore d’une conversation au sein de la prison entre Ramata Diallo et El Hadji Alioune Diop, fait savoir que la victime était tombée enceinte de lui avant de se faire avorter.

Le violeur âgé de 23 ans se confie sur l’acte qui l’a conduit en prison, en affirmant que c’était une relation consentie.

Lire aussi : On en sait un peu plus sur les circonstances de la mort de Julien, le fils de Love Gugu…

“J’ai eu 5 rapports sexuels avec elle. On a eu à coucher ensemble chez moi et une fois dans un chantier. C’est elle qui est venue de son propre chef dans ce chantier où nous avons passé la nuit lorsqu’elle a quitté le domicile de sa tante.

À l’époque, elle était ma copine et je l’aimais. On a eu une liaison amoureuse. C’est elle qui ne cessait de me persécuter et même lorsque j’étais transféré à la Mac de Sébikotane, elle se mettait à pleurer lors de ses visites. Je l’aime autant qu’elle m’aimait. C’est sa mère qui l’a embarquée dans tout ça”, dit-il.

Kablan Carmel

VOUS AIMEREZ AUSSI