Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

En avant, pas-à-pas, Papa Wemba à Abidjan en décembre!

Du soukouss à la rumba, en passant par le funk et le jazz, Jules Shungu Wembadio Pene  Kikumba s’est imposé depuis près d’un demi-siècle de carrière musicale, comme l’une des valeurs sûres de la world’ music. Oui, pas-à-pas, Papa Wemba, ainsi qu’on le surnomme, est devenu une légende vivante.
 
Régulièrement à Abidjan depuis le début des années 90, il a offert pour ce qui est récent,  un récital, en août 2013, au Temple d’Angré, à Abidjan-Cocody. Sans compter le showcase au Landou Lounge des Résidences Dippoka, dans le même élan. Témoignant ainsi sa fidélité en amitié. Allusion faite au maître des lieux: Momo N’Diaye.
 
Son staff l’annonce sur les rives de la lagune Ebrié en décembre prochain pour une série de spectacles, notamment au Palais des congrès du Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire.

A 66 ans, en dépit des hauts et bas dans la vie, Papa Wemba n’a jamais quitté le sommet du hit-parade. Et, il le prouve, à l’envi, dégageant un charisme à nul autre pareil quand du trémolo de sa voix nasillarde il entonne «Maria Valencia», «Somo Trop», «MuanaMolokaï» ou encore «Dernier coup de sifflet»…
 
Le «Pape de la Sape» et ses ouailles de la… Sapologie

Mieux, quand il prend ses attributs de «Pape» de la sape (Société des ambianceurs et personnes élégantes), l’hymne chanté par ses ouailles est «Proclamation». Entre autres versets par eux psalmodiés, les grands noms de la haute-couture: Gianfranco Ferre, Kenzo, Kanzaï  Yamamoto, JM Weston… Dans cette frénésie où l’élégance vestimentaire se la dispute à la chorégraphie enjouée, la religion de la Sapologie prend tout son sens. Quoi de plus normal que ce néologisme soit tiré de l’album au nom ô combien révélateur de Papa: «Notre Père» !
 
L’Elvis Presley de Matonge

Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba, dit Papa Wemba, est un chanteur, compositeur et acteur kino-congolais, un des artistes-musiciens africains les plus populaires depuis plusieurs années. Papa Wemba est né le 14 juin 1949 à Lubefu dans le Sankuru, province du Kasaï-oriental, en République démocratique du Congo.

Dès l’enfance, il cultive une voix ténor particulière et devient chanteur en suivant les traces de sa mère, une pleureuse professionnelle. Au milieu des années 1960, il est élève à l’École Pigier à Kinshasa et fait de la chorale religieuse, en dehors de l’école. Puis, après la mort de ses parents, il s’oriente vers la musique populaire Kinoise dans son quartier Matonge, le berceau de la musique congolaise, sous le pseudonyme de Jules Presley.

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.