Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

En Centrafrique, quatre militaires français arrêtés à l’aéroport de Bangui (lemonde.fr)

Les quatre militaires français qui accompagnaient un général de la force des Nations unies en Centrafrique ont été arrêtés à l’aéroport de Bangui lundi 21 février. Des accusations de « tentative d’assassinat » du président centrafricain ont émergé dans la foulée sur les réseaux sociaux, immédiatement qualifiées de grossière manipulation par Paris et l’ONU.

Les quatre hommes étaient toujours dans les locaux de la gendarmerie dans la soirée, a précisé à l’Agence France-Presse (AFP), à Paris, un responsable de l’état-major des armées françaises. « Le problème est en cours de règlement, a-t-il ajouté. A ce stade, il n’y a pas d’inquiétude. »

Lire aussi : BAZ 2022 – Yabongo passe un cinglant message au gouvernement : »Un peuple qui mange pas, il s’en fout de la beauté du pays.. »

Guerre d’influence franco-russe

Lundi, sur les réseaux sociaux, de nombreux comptes privés se répandaient en accusations contre les militaires français, les accusant notamment d’avoir voulu « assassiner » le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra.

Cet incident survient au moment où les relations entre la France et son ancienne colonie sont de plus en plus tendues, exacerbées par la guerre d’influence que se livrent Paris et Moscou, dans ce pays en guerre civile depuis 2013.

Lire aussi : Une femme arrêtée pour avoir couché avec 9 lycéens en échange des stylos vape

La France reproche à la Centrafrique d’être « complice » d’une campagne antifrançaise orchestrée par Moscou, notamment par d’innombrables trolls sur les réseaux sociaux et dans certains médias. Et Moscou reproche à Paris d’accuser la compagnie de sécurité privée russe Wagner d’avoir fait main basse sur le pouvoir et les ressources du pays.

« L’ambassade regrette vivement cet incident. Elle condamne son instrumentalisation immédiate sur certains réseaux malveillants et la désinformation grossière à laquelle elle donne lieu », écrivait la représentation diplomatique française lundi soir. LIRE LA SUITE

VOUS AIMEREZ AUSSI