Share, , Google Plus, Pinterest,

Posted in:

Entretien avec Zephy

Les confidences de Zephyr Conor sur DJ Arafat : « C’est DJ Jonathan qui me présente DJ Arafat… Il devait me produire…»

Les confidences de Zephyr Conor sur DJ Arafat : « C’est DJ Jonathan qui me présente à DJ Arafat… Il devait me produire…»

Après son parcours dans la nuit abidjanaise et son succès avec DJ Kerozen au sein du mythique groupe Coupé-décalé « Boulevard DJ », Zéphyrin Nkaba alias Zéphyr Conor est rentré dans son pays. Revenu à Abidjan pour la réalisation d’un projet avec DJ Arafat, il constate cela n’aura malheureusement pas lieu suite au départ inattendu de ce dernier. Devenu un pieux chrétien désormais, « Zéphyr Conor le formateur », raconte son histoire avec le Daïshikan

– Tu dis fuir désormais tout ce qui pourrait te replonger dans les « bêtises » d’avant. Alors as-tu définitivement coupé les ponts avec le monde du showbiz ?

J’y suis tant que cela n’est pas lié aux choses du monde. La preuve, je préparais un album qui allait être produit par DJ Arafat. J’avais commencé, mais comme on le dit, l’homme propose et Dieu dispose…

Lire aussi : Lato Crespino : « Mon objectif était de jouer à Chelsea »

Est-ce pour cela que tu es revenu du Congo?

Il ne m’a pas fait venir, mais c’est pour cela que je suis revenu car nous étions toujours en contact. Lorsqu’il était de passage au Congo pour des spectacles, nous étions toujours ensemble. J’ai assisté à presque tous ses spectacles là-bas et il me présentait toujours comme son mentor. C’était en fait une reconnaissance de sa part par rapport au bien que je lui ai fait dans le passé.

Comment fais-tu donc la rencontre de DJ Arafat et qu’as-tu fait pour lui ?

Celui qui me présente Arafat, c’est DJ Jonathan. C’était en fait Arafat qui attrapait les CD de Jonathan à l’époque. Et c’est ainsi qu’il me présente son petit au Kompressor. Lorsque Jonathan décède, Arafat reste donc avec moi. Lorsque j’ai déménagé au Nouveau-Quartier, Arafat était tout le temps chez moi à la maison. Comme il aimait les jeux vidéo, lorsqu’il venait, on s’y mettait avec des paris très souvent. C’est dans ces moments qu’il se formait en me disant ceci : « Vieux, fais-moi un peu ton Attalaku que tu as fais hier là… ». Je fais et il copie au fur et à mesure. Je ne suis pas le seul auprès duquel il s’est formé…

Lire aussi : DROGBA communie avec le personnel de SOLIBRA BOUAFLE

Une anecdote sur les débuts de DJ Arafat?

Lorsque nous étions au ‘’Kompressor ‘’, le jour où mes DJ principaux venaient en retard, je leur donnais des mise-à-pied et j’appelais Arafat en renfort. A le voir, ces derniers criaient ainsi : « Mais lui là c’est un enfant, il ne peut pas rentrer en cabine… ». Je disais alors : « Laissez-le » . Il venait donc jouer la musique et moi je chantais. Comme il était tout petit, pour bien atteindre la hauteur des platines, on lui mettait des casiers sur lesquels il s’arrêtait pour travailler. Les Ramzy et autres pourront témoigner de cela.

Réalisée par A.K

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,