Equateur: Lenin Moreno proclamé président d’un pays divisé

media
Lenin Moreno célèbre l’annonce de sa victoire à la présidentielle en Equateur au siège de son parti, à Quito, le 4 avril 2017. 

Le président du Conseil National Electoral parle d’une tendance « irréversible ». Après avoir recu les félicitations de l’Organisation des Etats américains et de nombreux chefs d’Etat du continent, le dauphin du président sortant Rafael Correa a cherché à faire baisser la tension. Il a annoncé vouloir être « le président de tous les Equatoriens. J’ai dit que je venais avec la main tendue et ma main reste tendue pour tous ceux qui veulent résoudre les grands problèmes nationaux : l’éducation, la santé, les travaux publics, les jeunes, la drogue… Nous avons énormément de travail à faire et notre seule priorité doit être d’avancer dans la paix et l’harmonie ».

Un message qui a du mal à passer auprès de nombreux partisans du candidat d’opposition Guillermo Lasso. Beaucoup d’entre eux continuent de manifester dans les rues de nombreuses grandes villes et notamment près du siège du Conseil national électoral à Quito où Lasso, très exalté, leur a demandé à la fois de rester mobilisés et de « garder [leur] calme », afin « que la force des personnes sereines qui aiment la paix détruise les misérables qui ne respectent pas la volonté du peuple ».

Contestant le résultat de tous les bureaux de vote, son mouvement CREO a annoncé qu’il formalisera ce mercredi 5 avril sa plainte auprès du pouvoir électoral avec des preuves d’une supposée fraude electorale.

Lenin Moreno doit, quant à lui, entrer en fonctions le 24 mai prochain dans un pays désuni où pratiquement la moitié de la population conteste sa légitimité.


Les partisans de Guillermo Lasso manifestent leur colère merdi 4 avril après que le Conseil électoral ait
annoncé la victoire de son rival, Lenin Moreno au deuxième tour de l’élection présidentielle en Equateur (le 2 avril 2017)
Rfi.fr