Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Escroqué par un marabout, il kidnappe ce dernier et le tabasse

Déterminé à recouvrer ses fonds, Armando Mendes, qui dit avoir été dupé par un faux marabout, a ourdi un plan. En compagnie de certaines connaissances, M. Mendes, qui est enseignant, kidnappe l’homme en question, en l’occurrence El Hadj Mamadou Marone, le tabasse et le dépouille de tout son argent, avant de le jeter dans la nature. Jugés ce samedi 23 juillet 2022, les prévenus encourent un an d’emprisonnement ferme.

Saliou Bodian, Armando Mendes, Ousmane Bâ, Mamadou Tall, Pape Ansou Diedhiou et Mouhamed Salim Bodian ont fait face, hier, au juge du tribunal correctionnel de Dakar. Les comparants, qui croupissent en prison depuis 2020, sont poursuivis pour association de malfaiteurs, vol en réunion commis la nuit avec usage de véhicule, d’armes et de violence, et usurpation de fonction.

Lire aussi : Un étudiant décroche son master de philosophie à l’âge de 99 ans…

Selon les informations, le 15 juin 2020, El Hadj Mamadou Marone saisissait la brigade de la Foire d’une plainte pour agression, en soutenant que dans la nuit du 2 juin, aux environs de 23 h, il a été attaqué aux abords de la mosquée Serigne Saliou située à la Patte d’Oie, par un groupe d’individus à bord d’un véhicule immatriculé AD 0416 de couleur blanche.

Il estimait que les assaillants avaient brandi une arme avant de l’embarquer dans leur véhicule jusqu’à Sacré-Cœur. Ils l’avaient fouillé et dépouillé de son argent d’un montant de 450 000 F CFA, avant de le rouer de coups. Il révélait que le 15 juin 2020, alors qu’il s’était rendu aux HLM Grand-Yoff, il avait reconnu le véhicule avant de le prendre en photo.

Grâce à ces éléments, les enquêteurs ont procédé à l’arrestation des occupants du véhicule, à savoir les sieurs Pape Ansou Diédhiou et Mamadou Tall. Entendus, le premier nommé déclarait que le véhicule lui avait été confié par son grand frère, depuis deux ans, pour une réparation.

Lire aussi : Incroyable ! Le fond d’une piscine s’ouvre aspirant l’eau et un homme (vidéo)

À l’en croire, de temps en temps, Ousmane Bâ et Mouhamed Salim Bodian l’appelaient pour participer à des opérations où ils se faisaient passer pour des policiers. Il précise, par ailleurs, n’avoir participé qu’à l’agression en cause, à savoir celle perpétrée à Nabil Choucair. Même s’il leur prêtait le véhicule.

Pour sa part, Mamadou Tall reconnaissait avoir participé à l’agression de la victime, en admettant être le conducteur du véhicule. Il ajoutait, cependant, qu’il croyait qu’Ousmane et Mouhamed étaient de vrais policiers. L’enquête subséquente permettait l’interpellation d’Ousmane Bâ, Mouhamed Salim Bodian et d’Alioune Badara Cissé.

Entendu, Ousmane Bâ renseignait que son ami Armando Mendes l’avait sollicité pour qu’il récupère son argent auprès d’El Hadj Marone. Selon Mendes, celui-ci, qui s’est présenté à lui comme un marabout, lui a donné des potions mystiques et lui avait promis la réalisation de ses souhaits, dans un délai de trois jours. Mais rien ne s’est passé et celui-ci refusait de lui rendre son argent.

Mais hier, à la barre de la Chambre correctionnelle, la partie civile, El Hadj Mamadou Marone a déclaré qu’il ne connaissait pas Mendes. Selon lui, la première fois qu’il l’a vu, c’était le soir de l’agression.

Lire aussi : Scène étonnante : Un fan de l’AS Roma fait sa demande en mariage devant José Mourinho (vidéo)

Interrogé, Saliou Bodian, garde du corps de son état, a nié le chef d’usurpation de fonction.
Pour sa part, Ousmane Bâ a plaidé non coupable, en alléguant qu’il a été arrêté, un mois après les autres. Quant à Armando Mendes, enseignant, il dit que le plaignant et lui, ont un ami en commun. D’après lui, Marone lui a fait croire qu’il est un marabout.

Malgré leur souhait de diluer leur implication dans cette affaire, le représentant du ministère public a requis un an d’emprisonnement ferme contre tous les prévenus, après avoir demandé leur relaxe pour les délits d’association de malfaiteurs et d’usurpation de fonction. Les avocats de la défense ont sollicité la relaxe des prévenus. Leur demande de mise en liberté provisoire rejetée, leurs clients seront édifiés sur leur sort le 6 octobre prochain.

VOUS AIMEREZ AUSSI