Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Escroquerie – KS Bloom au centre d’une polémique

Le rappeur ivoirien gospel KS Bloom est actuellement sous le feu des projecteurs dans une sombre d’histoire de contrat de spectacle qui aurait mal tourné. Là-dessus, plusieurs thèses s’affrontent par articles de presse interposés.

Annoncé pour un concert le 28 mai 2022 au palais des sports de Yaoundé, l’artiste ne serait pas présenté au motif, selon instavideo.com ‘’…que les gens n’étaient pas nombreux dans la salle de spectacle; lorsqu’il est arrivé et a découvert le nombre peu satisfaisant, il a simplement fait demi-tour’’.

Lire aussi : En pleine conversation avec des prêtres, le pape demande un peu de tequila (vidéo)

Mais il y a toutefois cet autre son de cloche, celui d’ivoirebusiness.com qui, dans sa correspondance du 30 mai 2022, estime que KS Bloom aurait été victime de mauvais traitements de la part de promoteurs de spectacles camerounais.

La totalité de son cachet n’aurait pas été payé et en sus, l’artiste camerounaise qui devait assurer la première partie du spectacle n’était pas présente or une promesse ferme avait été dans ce sens. Par ailleurs, il a été mentionné une escroquerie portant sur la somme de 500.000 à un jeune pasteur, exerçant dans l’église Vase d’Honneur dont KS Bloom est membre.

A l’heure où nous mettons sous presse, toutes les affaires du chanteur auraient été bloquées dans l’hôtel où il était logé et l’un de ses managers mis aux arrêts par la gendarmerie camerounaise.

Dans la foulée, Prosperity Production, le label pour lequel a signé l’artiste a produit un communiqué officiel dans lequel il a dénoncé les ‘’dérapages’’ après qu’il eut présenté ses excuses au peuple du Cameroun. Au titre de quelques dérapages, la maison de production a noté ce qui suit :

– Faire payer les artistes devant assurer la première partie du concert.

Lire aussi : Un pasteur surpris au lit avec une femme mariée [Vidéo]

– Faire assurer la première partie du concert à des artistes ne faisant pas du gospel.
– Acompte non parvenu dans le délai mentionné au contrat.
– Billet d’avion de l’artiste pour un concert live parvenu la veille du concert.
– Arrivée de l’artiste et son staff le jour-J à 4 h du matin…
– Conférence de presse assurée par l’artiste et son staff.
– Balance assurée à 17 heures.

Malgré les points énumérés ci-dessus, le cachet de l’artiste n’a pas été soldé avant la prestation, comme mentionné dans le contrat. La maison de production de l’artiste a alors décidé du retrait de l’artiste conformément aux clauses du contrat.

Nous espérons que d’ici là, les choses rentreront dans l’ordre par le triomphe de la raison car les deux pays (le Cameroun et la Côte d’Ivoire) sont si proches dans les collaborations artistiques que ce qui vient de se passer n’honore en rien aussi bien les organisateurs que tous les autres acteurs du circuit.

E. Diamant

VOUS AIMEREZ AUSSI