Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Tous étaient beaux et gentils à L’Abissa 2016

abissa-2016-37La grande famille des N’Zima Kotoko est originaire du Ghana. Le Koudoum ou l’Abissa célébré chaque année est une fête traditionnelle qui existe depuis les années 1800.

Ce peuple a su conserver tout le côté authentique de cette traditionnelle fête malgré l’envahissement de la modernisation. Pour ce peuple matrilinéaire, il est important de se rencontrer pour faire le point, parler de projets ou de réalisations, pardonner, et demander pardon, avouer tout ce qu’on a pu faire de mauvais et aussi se faire purifier pendant l’Abissa.

C’est la rencontre pendant deux semaines de toutes les filles et tous les fils N’Zima, c’est aussi la célébration de la nouvelle année en pays N’Zima, ils devront entourer leur chef et le tam-tam parleur qu’on appelle EDO-N-GBOLE, on fait le bilan annuel de la communauté.

Lire aussi : Le Diner Gala de « Abissa Tour » à Bassam en images

Le Koudoum et l’Abissa

abissa-2016-31

L’Abissa qui signifie en langue N’Zima  » questionner », est organisée chaque année, de fin Août à début Décembre, spécialement pour cette année, l’Abissa se déroulait du 6 au 20 Novembre dernier, la période silencieuse, avec le tam-tam parleur qui rentre en brousse, partait du 6 au 13 Novembre dernier; cette célébration se fait aussi tour à tour, dans un genre de rotation, Tout commence avec les Evawle de Animé au Ghana, ensuite la Côte d’Ivoire prend le relais avec les Djomolo, les Elebres et Avantages de Tiapoum, ensuite viennent les Adjoufoules de Grand Bassam.

Le Koudoum et L’Abissa, consolident chaque jour d’avantage, 214 années d’alliance entre tous ces peuples.

abissa-2016-12Pour tout dire, le Koudoum est la partie rituelle, mystique de la fête, c’est lui qui met au grand jour les vibrations négatives des uns ou des autres. Quand l’Abissa se veut plus festif, c’est d’ailleurs à cette occasion que le peuple s’exprime du point de vue culturel en esquissant des pas de danse assez originaux, la culture en ce moment s’exprime avec une grande singularité. La gastronomie N’Zima également, trouve à cette occasion une grande plate-forme d’expression plurielle.

Les N’Zima sont regroupés en sept familles, les (N’Vavil, les Allonhoba, les Ezohilé, les Azanhoulé, les Mafoué, les N’Djuaffou et les Adahoulin) C’est la grande occasion pour le peuple de demander des comptes à ceux qui dirigent tout en priant pour un meilleur équilibre social.

Lire aussi : Abissa 2016 en images

Le Premier Ministre à l’Abissa

Ce Samedi 19 Novembre à Bassam tous étaient réunis, peu importe leurs origines. Que ce soit sur la place publique ou sur les plages. Femmes, hommes, vieux, jeunes, adolescents, enfants, autochtones, allogènes, touristes. Danses traditionnelles, chants traditionnels, poèmes chantés. Tout était dehors, pour le dernier Samedi avant la clôture de l’Abissa 2016, le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a choisi l’après-midi de ce Samedi pour honorer de sa présence la clôture de l’Abissa 2016.

Le Kaolin n’aura jamais été autant sollicité par autochtones et allogènes, donnez juste une pièce et vous êtes maquillés avec de l’argile par une des jeunes filles que vous trouverez un peu partout dans la cité, elles vous décorent tout de suite le visage à l’aide d’une fourchette ou autre chose trempée dans la pâte de Kaolin, tout le monde s’en mettait plein, le visage, les bras, les jambes. Parfois, tout le corps en était enduit, on s’est déguisé, on a dansé, mangé et bu à satiété, tous les coups semblaient permis pour ce soir-là. En fait, c’était tout simplement, la manifestation de la joie. Les signes annonciateurs de la fin de l’Abissa 2016 étaient bien évident à Bassam ce week-end.

Lire aussi : Le SIETTA 2016, on a refermé les portes

L’Abissa 2016, on a tout pardonné

abissa-2016-42Tout s’est donc passé à Grand Bassam, cette ville historique du Sud de la Cote d’Ivoire, placée sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis Juillet 2012. Une chose à remarquer et à signifier, toutefois, très peu ou aucun signe de violence n’a été signalé pour cet Abissa 2016 aux couleurs du repentir, du pardon, de la réconciliation, du partage, de la joie, de la cohésion, de l’adhésion populaire et de la liesse. Pour dire au monde entier que notre Abissa à Bassam, en terre Ivoirienne est l’une des plus belles cérémonies traditionnelles au monde, elle célèbre l’union entre les enfants du Sud Comoé, mais aussi et surtout entre les enfants de notre beau pays la Cote d’Ivoire.

Le tambour parleur a donc été renversé le Dimanche 20 Novembre dernier, c’est le signe que pour 2016, c’est bien fini. Et que tout a été pardonné. Vive l’ABISSA 2017.

abidjanshow.com a vécu l’Abissa 2016 pour vous.

BK

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,