Etats-Unis: bataille juridique autour des villes sanctuaires

Après le décret migratoire qui est toujours bloqué par la décision de deux juges fédéraux, un autre décret de Donald Trump est en train de passer son test judiciaire : il menace les finances des villes qui ne veulent pas coopérer avec la politique anti-immigration du gouvernement.

Avec notre correspondant à Washington,  Jean-Louis Pourtet

media
Donald Trump menace de couper les fonds fédéraux des collectivités qui accueillent des clandestins et refusent
de coopérer avec la police fédérale de l’immigration qui cherche à les expulser.
 

Dans ce décret, Donald Trump menace de couper les fonds fédéraux des collectivités qui accueillent des clandestins et refusent de coopérer avec la police fédérale de l’immigration qui cherche à les expulser.

Deux de ces villes sanctuaires, San Francisco et le comté de Santa Clara, avec le soutien de 300 autres, viennent de demander à un juge fédéral de bloquer le décret qu’elles considèrent comme anticonstitutionnel.

William Orrick, juge de la Cour fédérale de San Francisco, vient d’entendre les deux parties. Les avocats des plaignants ont fait valoir qu’une coupe dans les subventions qu’ils reçoivent de Washington aurait des conséquences économiques graves : San Francisco perçoit jusqu’à 2 milliards de dollars, Santa Clara, 1,7 milliard.

Au nom du gouvernement, le procureur Chad Readler a minimisé l’impact au maximum : tout au plus quelques millions de dollars. Ce ne sera pas immédiat. Rien n’est encore précis. Le décret ne vise qu’à forcer les collectivités à respecter les lois sur l’immigration, a-t-il dit, se faisant rassurant. Le juge Orrick semble sympathiser avec les arguments des villes sanctuaires : il a promis de rendre son verdict le plus rapidement possible.

Rfi.fr