Etats-Unis : Donald Trump va demander une enquête sur de possibles fraudes électorales

Selon le nouveau président américain, jusqu’à cinq millions de personnes pourraient avoir voté illégalement le 8 novembre. Aucune preuve, toutefois, de l’existence de ces fraudes n’a été rendue publique à l’heure actuelle.

Donald Trump n’en démord pas. Selon lui, il y a bien eu une fraude lors des scrutins de novembre aux Etats-Unis et il compte le prouver. Le président américain a annoncé, mercredi 25 janvier, qu’il allait demander « une grande enquête » sur ces prétendues irrégularités, pour lesquelles aucune preuve n’a été rendue publique à l’heure actuelle. Selon lui, jusqu’à cinq millions de personnes pourraient avoir voté illégalement le 8 novembre.

Donald Trump a décidé d\'ouvrir une enquête sur de possibles fraudes électroales. Ici, le 24 janvier 2017 à la Maison Blanche.Donald Trump a décidé d’ouvrir une enquête sur de possibles fraudes électroales. Ici, le 24 janvier 2017 à la Maison Blanche. (NICHOLAS KAMM)

« Je vais demander une grande enquête sur les fraudes électorales, notamment sur les électeurs inscrits pour voter dans deux Etats, les illégaux et même ceux enregistrés sur les listes électorales et qui sont décédés (et pour certains depuis longtemps), a notamment indiqué le milliardaire républicain sur Twitter au petit matin. En fonction des résultats, nous renforcerons les procédures de vote. »

Le vote populaire au cœur de la polémique

Peu avant le scrutin, en octobre 2016, Donald Trump avait déjà dénoncé ce risque de fraude massive, alors que les sondages le donnaient perdant face à sa rivale, Hillary Clinton. « Bien sûr qu’il existe une fraude à grande échelle pendant et avant le jour de l’élection. Pourquoi les dirigeants républicains nient ce qu’il se passe ? Quelle naïveté ! » avait-il lancé sur Twitter.

Une fois élu, Donald Trump a continué de dénoncer sur Twitter « une grave fraude électorale », commise, selon lui, « en Virginie, dans le New Hampshire et en Californie », trois Etats remportés par Hillary Clinton.

Le magnat de l’immobilier a perdu le vote populaire contre son adversaire démocrate, qui a glané 2,9 millions de voix de plus, mais il a malgré tout remporté le scrutin grâce à la répartition des grands électeurs Etat par Etat (304 grands électeurs contre 227 pour Hillary Clinton).

Des études contestées

Pour étayer ses accusations, Donald Trump a cité, par le passé, une étude du centre de recherche Pew de 2012, selon laquelle plus de « 1,8 million de personnes décédées figuraient sur les listes électorales ». Mais ce rapport ne fournissait aucun élément permettant de penser que des personnes auraient pu voter pour le compte de ces morts.

Il a aussi cité des travaux de la Old Dominion University suggérant que 14% des non citoyens affirmaient être enregistrés sur les listes électorales. Cette dernière étude a été pointée du doigt pour son manque de fiabilité.

avatarfranceinfoFrance Télévisions