Etats-Unis: Sessions se récuse des enquêtes liées à la campagne

Aux Etats-Unis, la journée a été marquée par les révélations concernant le ministre de la Justice Jeff Sessions. Ce très proche de Donald Trump a en effet eu par deux fois des relations directes avec l’ambassadeur russe à Washington durant la campagne présidentielle. Or, Moscou est accusé par les agences de renseignement américaines d’avoir manoeuvré pour favoriser l’élection de Donald Trump. Et Jeff Sessions avait assuré ne pas avoir été en contact avec des officiels russes lors de son audition devant le Sénat. En milieu d’après-midi, il a du se récuser de toute enquête concernant la campagne électorale de Donald Trump.

Avec notre correspondant à New YorkGrégoire Pourtier

media
Le ministre de la Justice Jeff Sessions à Washington le 2 mars 2017, en amont d’une conférence de presse. 

Jeff Sessions ne veut surtout pas que sa mise en retrait soit considérée comme un aveu de culpabilité. Mais de fait, il devenait impossible pour le nouveau ministre de la Justice de continuer à superviser une enquête dans laquelle son nom est désormais cité.

Une heure auparavant, Donald Trump avait pourtant affirmé à des journalistes qu’il lui maintenait sa confiance, et avait benoîtement estimé qu’il n’était pas nécessaire qu’il prenne ses distance avec les investigations en cours.

Le président américain avait ainsi soutenu la ligne de défense de son proche conseiller, qui assure avoir témoigné de bonne foi devant le Sénat alors qu’il lui a caché ses entretiens avec l’ambassadeur russe en juillet et septembre dernier.

Dire, aujourd’hui, que les discussions ne concernaient pas l’élection présidentielle américaine mais qu’il agissait alors en tant que sénateur membre de la commission des forces armées n’a donc toutefois pas été suffisant.

Car l’implication de la Russie durant la campagne électorale est une accusation trop grave pour qu’un doute puisse subsister sur la sérénité et l’impartialité de l’investigation, et les pressions se sont donc multipliées toute la journée. Si l’opposition démocrate a carrément réclamé la démission ou le limogeage du ministre de la Justice, certains élus républicains ont quant à eux demandé à ce que Jeff Sessions se récuse de l’enquête, ce qu’il a donc fait moins de 24h après que l’affaire a été révélée.

Rfi.fr