Etats-Unis: Trump s’en prend aux sites classés

La Maison Blanche donne des signaux brouillés sur ses intentions concernant le climat et la protection de l’environnement. De grandes entreprises américaines appellent le président à respecter l’accord de Paris, et certains conseillers de Donald Trump sont en faveur de cette position. Dans le même temps, le président des Etats-Unis vient de signer un décret qui vise à réduire l’étendue des terres protégées.

Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie Capomaccio

media
Les parcs et espaces protégés incluent des sites tels que certaines zones d’Alaska.

Donald Trump est persuadé que ses mesures les plus controversées finiront par prouver leur efficacité. C’est ainsi qu’il a présenté son décret qui vise à réduire les territoires protégés aux Etats-Unis : « La précédente administration a utilisé une loi centenaire pour mettre unilatéralement des milliers d’hectares de terres et d’eau sous contrôle du gouvernement. Nous rendons le pouvoir aux Etats. »

C’est la première fois dans l’histoire des Etats-Unis, qu’un président revient sur un décret de protection des richesses naturelles. Les parcs et espaces protégés incluent des sites tels que le grand canyon du Colorado, les îles et la mer au large de certaines zones d’Alaska, et plus récemment la région des oreilles d’ours dans l’Utah. Le dernier espace naturel sanctuarisé, qui abrite des sites considérés comme sacrés par les tribus indiennes.

Certains élus estiment que ces zones empêchent le développement du tourisme, car les règles de fréquentation et construction sont strictes et l’exploitation du sous-sol interdits. C’est surtout ce dernier point que le président Trump veut changer afin de permettre le forage et l’exploitation minière.

Donald Trump a raison, cette mesure est très controversée, et les actions en justice déjà promises par des organisations de protection de l’environnement risquent de durer des années.

Rfi.fr