Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

« La nuit de légende » : un pari réussi

C’est dans une ambiance bon enfant que s’est tenue la première édition de « La nuit de légende, de père en fils », ce samedi 15 juin 2019, au Palais de la culture.

L’idée de ce spectacle étant en premier lieu de réunir le maître Alain Tailly et ses étudiants de l’école des poètes sur une même scène.

À travers « La nuit de légende », Alain Glôhi et ses enfants nous racontent une légende qui a permis aux poètes de pouvoir retrouver et de garder soigneusement le mystérieux objet qui leur permettait de pouvoir parler, et de transmettre ce symbole de la parole.

Lire aussi : Simone Gbagbo, Kalou Bonaventure… Marietta Kassi réunit du beau monde pour la dédicace de son second album

Dans le premier tableau de cette comédie poétique, il était question de retrouver le « bissa » un objet sacré permettant de pouvoir s’exprimer, parler et écrire. Ce objet qui avait disparu avait suscité la peine, l’inquiétude, le désarroi, les pleurs chez les fils qui ont décidé de se rendre chez leur maître et père pour les aider à le retrouver.

Ainsi dans le deuxième tableau ceux-ci rencontrent finalement le maître qui retrouvera effectivement le Bissa, et le leur transmettra pour qu’il en prennent soin. Cette rencontre qui fut également leur baptême de feu les rendit désormais aptes à manier la parole, à pouvoir s’exprimer seuls. Une quête initiatique à l’issue heureuse.

C’est dans une ambiance festive qu’ils se sont séparés pour porter haut le blason, le flambeau qui leur a été remis par le maître.

Lire aussi : Célébration : Vegedream crée le délire, les temps forts du concert (+images)

Belle déco, des artistes fabuleux, un spectacle vivant et joyeux, la culture révélée, des paroles fortes, ont été le partage qu’ont offert le maître Alain Glôhi et ses fils à leurs invités.

Ce spectacle a été rehaussé par la présence d’illustres personnalités, telles que Koffi Ahmed Zarour, parrain de cet évènement et le DG de la SODECI Cie, pour ne citer qu’eux.

Pour une première fois, Alain Tailly et ses étudiants de l’école des poètes ont vaillamment réussi leur pari, qui, on l’espère, ne s’arrêtera pas à cette édition.

Une parade poétique qui a fait voyager le public dans les profondeurs de mère Afrique. Un bel hommage à la culture ivoirienne.

Dylaurette YOUKOU

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,