Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Fabrice Sawegnon crie son ras-le-bol contre la redevance RTI et parle “d’injustice”

Le paysage audiovisuel ivoirien est devenu un espace extrêmement concurrentiel depuis sa libéralisation. Les nouvelles chaînes de télé se sont arrachées toutes les audiences, au nez et à la barde de la télévision nationale. Mais pour certaines personnes, à l’image de Fabrice Sawegnon c’est injuste de se facturer mensuellement 2000 f pour la redevance RTI, alors que la plupart des téléspectateurs ivoiriens ne regardent pas la télévision nationale.

Lors du Salon des Industries Musicales d’Afrique francophone (SIMA) qui s’est déroulé du 17 au 18 novembre 2022, le boss de Lifetv a eu une discussion avec la l’animatrice Mariam sur la redevance RTI.

Lire aussi : Kérozen dévoile l’identité de sa femme et annonce la date de leur mariage

Il a d’abord expliqué la raison pour laquelle sa chaîne ne diffuse pas de films indiens, mexicains ou brésiliens comme c’est le cas sur la chaîne nationale.

“Chez Lifetv on diffuse pas de films indiens, mexicains ou de séries brésiliennes qu’on peut trouver chez nos concurrents et dans le service public, pourtant on nous prend 2000 f sur les factures d’électricité tous les mois pour aller payer les films indiens.

A Lifetv on fait la part belle aux productions locales, africaines. Le jour que vous voyez sur Lifetv un film Vaïdeï, c’est que je suis plus chez Lifetv. C’est pas possible parce que je considère que fondamentalement il faut d’abord promouvoir sa culture avant de s’ouvrir aux autres…

Nous, nous finançons les séries locales et les productions locales de façon prioritaire et quasi exclusive pour donner la chance aux talents locaux de s’exprimer et pour que notre culture soit grande et soit reconnue. On veut pas de films brésiliens, mexicains encore moins de films indiens…”, dit devant la public du Sofitel.

Il a par la suite crié son ras-le-bol contre la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne sur le mode de facturation de la redevance.

“La redevance ce n’est pas du fait de l’État, elle est du fait de chaque ivoirien. Chaque ivoirien paye sur sa facture d’électricité mensuelle ou bimensuelle 2000 Fcfa. Ces 2000 f là sont une taxe télévisuelle qui est reversée entièrement à la RTI et à IDT…

Lire aussi : Coupe du monde 2022 : Qui est cet homme dont le physique intrigue la toile ?

Le monde de la télé a été libéralisée en Côte d’Ivoire. L’État à le droit de mettre 20 milliards dans son budget pour financer son service public ça ne nous regarde pas. Mais ce n’est pas aux ivoiriens de financer une chaîne de télé avec une taxe télévisuelle, c’est ce que nous disons. Ça s’appelle l’équité.

Vous êtes dans le service public faites vous financer par l’État, mais ce n’est pas à l’ivoirien qui vous regarde même pas si ça se trouve, qui regarde d’autres chaînes de télé, de vous financer directement. C’est un impôt direct… Moi Fabrice je paye la RTI 2000 francs tous les mois, alors que je ne regarde pas la RTI.”, termine-t-il sous la clameur du public.

A ses côtés, Mariam Coulibaly a affirmé que c’est un plaidoyer qu’il faut adresser à l’État de Côte d’Ivoire parce que c’est l’État qui a décidé d’instaurer cette taxe télévisuelle qui porte abusivement la dénomination redevance RTI.

Kablan Carmel

VOUS AIMEREZ AUSSI