Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Fermeture d’une clinique suite au décès d’un bébé : La réaction du Directeur de la clinique Le Grand Centre

L’affaire fait grand bruit depuis le début de cette semaine. Un bébé d’environ 10mois a trouvé la mort parce qu’une caution aurait été demandée à ses parents avant de le soigner. Suite à cette information publiée sur les réseaux sociaux incriminant la clinique le Grand Centre de Yopougon Cité CIE et son personnel, le ministère de la Santé et l’hygiène publique a décidé de fermer la clinique pour une durée de 30 jours malgré tous les désagréments que cela puisse engendrer.

Après cette décision, le Directeur du centre est sorti de son silence pour dire sa part de vérité concernant cette affaire car depuis le départ, seule la version des parents a été divulguée sur les réseaux sociaux. Voici donc les explications du Dr Kouamé Konan :

Lire aussi : Sport/ Ruth Gbagbi en tête d’affiche du classement mondial de Taekwondo (-67 kg)

L’enfant a été admis dans la clinique le vendredi 03 janvier aux environs de 13H. Il a été immédiatement pris en charge par le médecin pédiatre avant même que les parents ne paient la consultation et que l’on fasse cas d’une caution pour l’hospitalisation à hauteur de 150 mille. Ils n’ont pu débourser que la somme de 110mille.

Les soins ont néanmoins été administrés, mais les choses se sont compliquées et l’enfant devait être envoyé en réanimation. Et c’est là que les choses vont se compliquer car les parents disent qu’ils n’avaient plus de moyens pour rassembler la somme pour la réa qui vaut le million. Ils ont proposé de lancer un SOS sur les réseaux sociaux pour récolter de l’agent. Le personnel de la clinique les a attendu en vain, sans véritable réaction de leur part.

Lire aussi : France : Enfant retrouvé mort dans un avion en provenance d’Abidjan : le gouvernement ivoirien annonce l’ouverture d’une enquête

Cependant, l’on a parallèlement continué le traitement de l’enfant et même renforcé cela. Et vers 3H, l’état de l’enfant s’est aggravé et le réanimateur est venu en salle pour poser des actes de réaction sur l’enfant. Face à situation, nous avons aussi joint différents établissements, les CHU pour une place en réanimation, mais impossible. Malheureusement à 3H55, l’enfant est décédé. C’est une situation qui est vraiment déplorable parce qu’en tant que père de famille, je compatis à la douleur des parents et je leur présente mes condoléances…,

s’est expliqué le directeur du centre médical, avant de faire le point de la situation au sein du centre suite à la décision de fermeture de sa clinique.

Il se trouve qu’il y a des malades qui sont toujours hospitalisés. Et donc on nous a demandé d’assurer leur prise en charge jusqu’à ce qu’ils sortent. Et après, nous fermons la clinique définitivement. Nous ne recevons plus de nouvelles consultations, même en urgence et en réanimation pour une durée de 30 jours. Et si ces mesures sont correctement respectées, nous avons la possibilité de réouvrir dans 30 jours,

s’est expliqué le Dr Kouassi, avant de revenir sur les raisons qui ont créé la révolte populaire contre cet établissement à partir des réseaux sociaux et la décision de fermeture du ministère :

Lire aussi : Faits divers/ Drame à l’aéroport Roissy de Paris : Le corps sans vie d’un enfant retrouvé dans un avion en provenance d’Abidjan

Dès que les faits ont été relatés sur les réseaux sociaux, cela a révolté tout le monde. Car il a été dit que l’enfant était en réanimation et que l’on a débranché tous les appareils, ce qui n’est pas vrai. C’est ainsi que le ministère a jugé bon de pendre cette décision de fermeture de la clinique pour calmer la population révoltée.

Mais il faut savoir que la clinique le Grand Centre reçoit 60mille consultations par an et environ 200 par jour. Et eu égard à la fermeture du CHU et de la PMI de Yopougon, ce sera encore pénible pour les populations. Car il y aura plus d’engorgements dans les quelques cliniques qui restent pour accueillir tous le monde. Nous sommes cependant conscients du fait que lorsqu’un problème survient, il faut le traiter à la racine… ,

s’est prononcé le Docteur Kouamé Konan, Responsable de la clinique contrainte de fermer suite à une décision du ministre de la Santé, tombée ce mercredi 08 janvier dernier.

Par A.K

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,