Feu vert du Parlement britannique au déclenchement du Brexit

En adoptant définitivement ce lundi 13 mars le projet de loi du gouvernement britannique, le Parlement de Westminster vient de donner officiellement le pouvoir à Theresa May de déclencher le Brexit. Après des semaines de débat c’est une nouvelle étape vers la sortie de l’UE qui vient d’être franchie ce lundi outre-Manche :

Avec notre correspondante à LondresMuriel Delcroix

media
Le palais de Westminster qui abrite les parlementaires britanniques depuis 1547. 

Le gouvernement conservateur de Theresa May a donc désormais les pleins pouvoirs pour activer l’article 50 du traité de Lisbonne qui actera le divorce avec l’Union européenne.

La Chambre des Communes et la Chambre des Lords n’ont cette fois opposé aucune résistance et ont adopté le projet de retrait qui doit devenir loi ce mardi. Les députés ont finalement rejeté les deux amendements introduits par les Lords; l’un prévoyait de protéger les droits des Européens installés sur le sol britannique, l’autre visait à accorder au Parlement le droit à un « vote significatif » sur tout accord définitif négocié entre Londres et ses partenaires européens.

Un second amendement auquel tenait tout particulièrement Westminster, car il aurait donné aux parlementaires plus de latitude pour rejeter les conditions finales du Brexit. Malgré tout les Lords ont préféré ne pas poursuivre leur face à face avec le gouvernement, même s’ils préviennent que ces deux questions reviendront hanter Theresa May.

La Première ministre doit intervenir mardi après-midi devant le Parlement sur le Brexit mais contrairement à ce que pensaient les médias britanniques, ses services ont prévenu qu’elle n’invoquerait pas l’article 50 cette semaine, mais plutôt fin mars une fois passés deux événements sensibles : les élections aux Pays-Bas puis les 60 ans du traité de Rome.

Rfi.fr