En France et en Europe, un vibrant hommage rendu à Simone Veil

Charismatique et populaire, Simone Veil s’était engagée, tout au long de sa vie -marquée par sa déportation à Auschwitz- dans les combats emblématiques de son époque, de la condition des femmes à l’Europe. Une cérémonie d’obsèques officielles, présidée par Emmanuel Macron, se tiendra mercredi à Paris. Les hommages affluent pour saluer la mémoire de cette figure incontournable de la vie politique française et européenne, décédée ce vendredi 30 juin 2017.

 media
L’ancienne présidente du Parlement européen Simone Veil lors de l’inauguration de l’agora Simone-Veil et
de l’esplanade Solidarnosc, à Bruxelles, en 2011.

Simone Veil était l’une des personnalités préférées des Français, car elle incarnait aux yeux de son fils Jean Veil, « une certaine forme de courage, de rigueur morale ». « Une image républicaine et morale » pour l’académicien Jean d’Ormesson.

Ce sont bien sûr les combats qu’elle a mené qui l’auront rendu si populaire. L’émancipation de la femme bien sûr, mais aussi son combat pour la paix et en faveur de l’Europe. De partout au sein de la classe politique française, on salue depuis la fin de la matinée sa mémoire.

Ses anciens collègues centristes ont bien sûr été les premiers à lui rendre un hommage très appuyé. Elle était « le symbole de la vie et de la paix, et la paix c’est en même temps un combat », a déclaré Jean-Louis Borloo, l’ancien président de l’UDI, pour qui Simone Veil était « le symbole de notre siècle, symbole de la femme, symbole de la beauté et du combat. »

Le président Emmanuel Macron a exprimé ses « très vives condoléances » après le décès de Simone Veil, souhaitant que « son exemple » puisse « inspirer nos compatriotes ».

L’ancien président Nicolas Sarkozy lui a également rendu hommage, saluant sur Facebook une femme qu’il a « admirée » et « aimée », et qui « reste immortelle ».

Bernard Accoyer, le secrétaire général du parti Les Républicains va dans le même sens : « nous perdons une des plus grandes femmes de notre temps, un modèle de courage et d’humanité, a-t-il commenté sur Twitter avant d’ajouter : elle était un exemple, elle laissera un vide immense ».

Une personne à part dans la vie politique française par son engagement.
La réaction du Premier ministre français Edouard Philippe30/06/2017 – par Anissa El Jabri

Des hommages nombreux également à gauche, au Parti socialiste, mais aussi au sein de la France insoumise. « Madame Veil appartient au meilleur de notre histoire », a tweeté Jean-Luc Mélenchon pour qui « son nom vivra dans notre gratitude pour toujours ».

La sénatrice socialiste Marie-Noël Lienneman, ancienne eurodéputée, salue de son côté la vision de celle qui fut la première femme présidente du Parlement européen. « C’est une personnalité qui avait une haute idée de l’Europe. Non pas l’Europe des marchands économiques, mais une Europe qui porte des valeurs humanistes avant tout. Une Europe qui crée une communauté de destins où c’est l’humain qui prime sur tout le reste, et elle a parfaitement incarné l’esprit de tolérance et le courage de défendre ses convictions. »

Des hommages qui viennent même de l’extrême droite, que Simone Veil aura pourtant toute sa vie combattue. Dans un communiqué, Marine Le Pen a tenu à saluer : « une femme qui aura incontestablement marqué de son empreinte la vie politique française ».

La communauté européenne salue une de ses grandes figures

Elue présidente du Parlement européen en 1979, Simone Veil était aussi un symbole et un visage de l’Union européenne. « Son message est vivant aussi bien en ce qui concerne le droit et le rôle des femmes en Europe, qu’en ce qui concerne l’antisémitisme », a commenté Antonio Tajani, l’actuel président du Parlement européen.

Jaume Duch Guillot, porte-parole de l’institution a également tenu à rendre hommage à « la première femme à présider le Parlement européen et qui avait joué un rôle crucial dans les années de consolidation de cette institution ».

« Elle avait vécu dans sa chair les déchirements tragiques de l’Europe et avait su, par son engagement politique, contribuer à bâtir une paix durable en Europe », a renchéri de son côté le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, dans une lettre adressée au président français Emmanuel Macron.

Le groupe du Parti populaire européen (PPE, conservateur) au Parlement a également rendu hommage à « cette immense femme politique européenne dont les innombrables combats en France et au Parlement européen ont fait progresser les droits de tous les citoyens ». A gauche, les eurodéputés socialistes et radicaux ont salué la mémoire de Simone Veil et proposé son entrée au Panthéon à Paris « qui honorerait notre pays ».

Rfi.fr