France: François Fillon exclut de retirer sa candidature à la présidentielle

Empêtré dans des soupçons d’emplois fictifs de sa famille, mis sous pression par sa famille politique, François Fillon a décidé de ne pas retirer sa candidature pour la prochaine élection présidentielle française. Il l’a annoncé dimanche soir sur France 2, quelques heures après son meeting au Trocadéro qui l’avait vu recevoir le soutien de ses partisans, « 200 000 » selon François Fillon.

media
François Fillon, lors du journal télévisé de France 2, le 5 mars 2017. France 2

Ceux qui pensaient que le meeting du Trocadéro était une façon de préparer une honorable sortie à François Fillon ont déchanté. Le candidat, vainqueur de la primaire du parti Les Républicains, a réaffirmé sa volonté d’être candidat à la prochaine élection présidentielle française.

A la question du journaliste Laurent Delahousse : « Allez-vous retirer votre candidature ? », Fillon a répondu : « la réponse est non ! ». « Personne ne peut m’empêcher aujourd’hui d’être candidat. Personne n’a le pouvoir de me faire retirer ma candidature », a martelé le candidat du parti Les Républicains.

Personne n’a le pouvoir de m’obliger à retirer ma candidature.
François Fillon, sur France 2 05/03/2017 Écouter

L’ancien Premier ministre a par ailleurs affirmé qu’il ne reconnaissait que « le tribunal des Français » et pas celui de Les Républicains. François Fillon, convoqué par les juges dans les prochains jours, menacé d’une mise en examen, justifie le maintien de sa candidature par le fait qu’il estime être le seul à pouvoir « redresser le pays ». « Le projet qui est le mien est seul qui peut redresser le pays », a-t-il affirmé. Il a en outre estimé qu’une « candidature d’Alain Juppé ne correspondrait pas aux choix des électeurs de la droite et du centre ».

Il constituera une nouvelle équipe de campagne dans les prochains jours

Fillon ne se désiste pas et appelle son camp au dialogue. « Je pense que toute candidature improvisée aujourd’hui, à 50 jours de l’élection présidentielle, avec un projet qui ne serait pas un projet de rupture, qui ne serait pas un projet au fond radical comme celui que j’ai proposé, et qui a occasionné ma victoire à la primaire, je pense que toutes ces candidatures conduiront à un échec », souligne-t-il.

Après la défection de quelque 250 élus de son camp, de son porte-parole, de son trésorier et de son directeur de campagne, et alors qu’il est  sous la pression d’une partie de sa famille politique qui le pousse à jeter l’éponge, François Fillon a annoncé sur France 2 qui allait proposer dans les « prochains jours la constitution d’une équipe fédératrice ».

Se disant ne pas être « jusqu’au-boutiste, ni autiste », Fillon entend convaincre ses amis que la seule solution, c’est lui. Le comité politique du parti Les Républicains se réunit demain, lundi, à 18h.

Rfi.fr