Dans un futur pas si lointain, l’économie française passera derrière la Turquie et le Mexique

En prenant en compte le niveau de vie des pays émergents, l’économie française n’est plus si impressionnante. Voilà qui risque d’alimenter la chronique des déclinistes… D’après cette étude du cabinet de conseil PwC publiée le 9 février, l’économie française ne fera plus partie du top 10 mondial en 2050. Pire, elle serait reléguée à la 12e place, se faisant dépasser par le Mexique et la Turquie.

Dans un futur pas si lointain, l’économie française passera derrière la Turquie et le Mexique
Surpris? C’est normal. Cette étude ne se base pas sur la comparaison des PIB, rare indicateur connu du grand public, qui exprime la somme des transactions commerciales au sein d’un pays, mais sur le « PIB Parité de Pouvoir d’Achat ». Cet autre indicateur, très prisé des économistes, permet de mesurer la puissance d’une économie en lien avec le niveau vie qu’elle offre.

Comme on peut le voir sur ces deux graphiques, la différence entre ces deux points est considérable.

Le PIB de la France, du Mexique et de la Turquie

Le PIB de la France, du Mexique et de la Turquie en Parité de Pouvoir d’Achat

 

Selon les projections du cabinet PwC, sur la base des chiffres du FMI pour l’année 2016, la France passera de la 10e à la 11e place en 2030, dépassée par le Mexique, et à la 12e place en 2050, dépassée par la Turquie.

Mais la France ne sera pas le seul pays riche à voir son influence diminuer. « Le centre de gravité de l’économie mondiale devrait continuer de s’éloigner des pays matures pour s’orienter vers les économies émergentes en Asie et ailleurs », analyse PwC.

Les pays de l’E7 (Chine, Inde, Brésil, Russie, Indonésie, Mexique, Turquie) pourraient peser près de 50% du PIB mondial d’ici 2050, tandis que la part des pays du G7 diminuerait à tout juste 20% (Etats-Unis, Canada, France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Japon).

En 2050, de nouveaux poids lourds du commerce mondial devraient confirmer leur statut. L’Indonésie et le Mexique éclipseraient le Japon, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France, tandis que la Turquie dépasserait aussi l’Italie.

En Afrique, le Nigeria pourrait se hisser de la 22e à la 14e place au classement général, « à condition de diversifier son économie pour réduire sa dépendance au pétrole et de renforcer ses institutions et ses infrastructures ».

PwC

Jean-Baptiste Duval
HuffingtonPost.