Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Les groupes musicaux disloqués ou disparus

Il y quelques années, de jeunes artistes se mettaient en groupe pour embrasser une carrière musicale. Très vite, avec le succès, ils sont sous les feux de la rampe. Ces groupes sont devenus des superstars locales.
Mais au fil du temps, ces groupes célèbres n’ont pas été à l’abri de difficultés de parcours.  Car bien souvent les ambitions des membres qui composent ces groupes divergent.
Si des membres se sont détachés du groupe pour continuer une carrière solo, il n’en demeure pas moins d’autres, pour des raisons diverses ont complètement disparu de la scène musicale.
Voici, les groupes qui  se sont disloqués ou ont disparu au grand dam de leurs fans. Tour d’horizon.
 

Lire aussi : Soum Bill: Retour au Zouglou avec 20 titres

Les Parents du Campus
 C’est le groupe précurseur de la génération Zouglou. Il s’est révélé au public ivoirien au début des années 90.  En 1991, piloté par Didier Bilé, les Parents du campus enregistrent ‘‘Gboglo Koffi’’.
Cet album qui a été vendu à plus de 90.000 exemplaires contient des messages décrivant la détérioration des conditions de vie des étudiants dans les cités universitaires ou tournant en dérision les préjugés ethniques.
Un franc succès qui ira au-delà des frontières et qui va ainsi révolutionner la musique ivoirienne, dont la structure parolière était généralement jusque-là plus subtile et imagée.
Quelque temps après, le groupe a disparu. Didier Bilé le lead s’est retiré en Europe. Celui qui se réclame roi du Zouglou  fait des apparitions périodiques à l’assaut des mélomanes.
Les parents du Campus sont ‘‘morts’’ avec le mérite d’avoir conçu le Zouglou qui est devenu un passeport musical ivoirien mondialement reconnu.
 
 
Les Salopards
Inspirés par Didier Bilé et les Parents du Campus, Bloco et Colin, ex-membres du groupe Esprit de Yop, d’une part, Soum Bill et Débingue transfuges des ‘‘mini chocs’’, d’autre part, s’embarquent dans le bateau musical pour former alors le groupe Les Salopards.
Le groupe a choisi de s’appeler ‘’Les Salopards’’ en référence au ton satirique de ses textes. Il se positionne comme le porte-parole des sans voix  en décriant les agissements des pouvoirs africains qui assujettissent les personnes qui haussent la voix.
Tout comme Didier Bilé et les Parents du Campus, Les Salopards deviennent musicalement incontournables sur l’échiquier national. Mais sans donner de raisons, le groupe se disloque au grand désarroi de ses admirateurs.
Dispersés entre la France et la Côte d’Ivoire, Soum Bill et Bloco  font chemin à part désormais, quand Débingue  et Colin choisissent de faire autres choses.
 

Lire aussi : Les Pro du Zouglou sur les traces de Zouglou Makers

Les Zouglou Net
 
Elles forment le trio qui aura donné un signal fort à la gent féminine pour son intrusion dans le Zouglou. En 1993, grâce à David Tayorault, Dongui et Jean Paul Atéméné, le groupe ‘‘Les Zouglou Net’’ s’impose aux hits parades en Côte d’Ivoire.
Le refrain de leur chanson « S’il y a tantie coco, c’est qu’il y a un quartier qu’on appelle Cocody/ cocotier/ coco frais/ coco sec/ S’il y a coco sec, c’est qu’il y a mon chéri coco/ il y a mon chéri coco/ Konan Koffi/ Kouassi Kouadiooooooo…. », de leur titre ‘’Chéri Coco’’ aura donné l’envie de libérer en Zouglou aux adeptes de ce concept.  
Feue Emmanuella (Manou Star), Papy Choc et Marie Ivoire s’illustreront comme de grandes stars faiseuses de Zouglou avant de sombrer. Marie Ivoire va alors quitter Abidjan pour rejoindre son homme en France. Manu Star, quant à elle, malheureusement n’est plus de ce monde. 
Seule Papy Choc est restée à Abidjan. Récemment, présente sur les bords de la lagune Ebrié, Marie a fait des révélations sur son avenir musical :
«J’ai plusieurs compositions à proposer à Papy Choc pour revenir sur le marché du disque.», a confié l’ex-Zouglou Net. Sans toutefois manquer de préciser que ce retour à la musique ne se fera pas forcément en Zouglou. On attend donc le grand retour des Zouglou Net sur la scène musicale.
 
Les poussins chocs
 À la suite du décès de l’un d’entre eux, Fifi Django, Petit Yodé et L’Enfant Siro forment un duo qui est devenu célèbre depuis les années 2000
 

Lire aussi : Le groupe Révolution et les zouglouphiles se sont laissés

Les Youlé
Composé de Chevalier Youlé (Beugré Nicaise Chevalier), Marcelo Boziana (N’Guessan Lokpo Marcel), Boningo Mayébé (Valé Beugré Martial) et Tino ((Dipi Karl Marx), le groupe Les Youlé originaire de Brafèdon (Grand-Lahou) fait son apparition dans l’arène musicale en 2001 avec ‘’Correction’’. 
Les Youlé se sont fait connaitre et apprécier à travers la qualité mélodieuse contenue dans cette production, rythmée par le  Zouglou, le Mapouka et le Youssoumba madinga.
Seulement, cette aventure ne se poursuivra pas. Il s’en est suivi une division qui a donné naissance à ‘‘les Youlé Inter’’ (Boningo et Marcelo) et à ‘‘Youlé BCBG’’ (Chevalier et Tino).
Il y en a parmi eux qui ont fait des apparitions en solo. C’est le cas de Tino en 2001 avec ‘‘Trahison’’ et de  Bolingo Youlé avec ‘’Coupeur de route’’.
 
La Harpe de David
En 2003, quatre jeunes filles arrivent sur la scène musicale. Elles sont reconnues sous l’appellation : ‘‘La Harpe de David’’. Pur produit de la musique Gospel ivoirienne, la Harpe de David pulvérise les ventes en Côte d’Ivoire avec son album intitulé ‘’Jésus je te fais « C… ».
Une œuvre discographique faite des chansons d’adoration aussi bien dansantes qu’évocatrices de parole de Dieu. L’album bénéficie du doigté de grands noms tels que David Tayorault.
Malheureusement, Léa, Mélissa, Marina et Tryphène ne continueront pas d’émerveiller leurs fans longtemps ensemble. En effet, quelque temps après, un scandale éclate. L’une des quatre filles est accusée d’avoir des relations amoureuses avec un pasteur marié. 
L’affaire fait beaucoup de bruits. L’incriminée sort du groupe et opte alors pour une carrière solo.
Les autres membres du groupe ont semblé dire adieu à la musique. Selon les informations reçues, Marina serait devenue esthéticienne,  Mélissa, choriste et Tryphène ferait autre chose .
 

Lire aussi : Zougloumania – Malade, Poignon paralysé !

Les potes de la rue
 Découvert grâce à la chanson « Ziopin » dont la vidéo a fait un véritable buzz,  (c’est l’actuel générique de la célèbre série satirique « Faut pas fâcher ») cette chanson a bercé les téléspectateurs ivoiriens. Bobby Yode, est le seul transfuge du groupe « Les Potes de la rue » que l’on aperçoit de temps en temps, çà et là.
 
Le groupe Zougloumania
 C’est le groupe qui a transféré le Zouglou du milieu étudiant vers les quartiers populaires d’Abidjan.
Poignon et Bouabré qui le composaient ont déboulé sur la scène musicale, fin 1991. 
Le duo a sorti un album avec la chanson culte ‘‘Zomamanzo’’ arrangé par Blé Olivier. Entre temps Bouabré s’est installe en France, où il vit depuis lors. Avec ce départ, le groupe a volé en éclat.
 

Lire aussi : Arnaud NGaza, l’ex-membre de Zouglou Makers explose!

Système Gazeur
Lago Paulin et Maga Dindin, les ténors du groupe se sont essayé chacun dans une carrière solo, sans grands succès. Et pourtant, ‘‘Système gazeur’’ fait partie des groupes qui ont contribué à écrire les lettres de noblesse du Zouglou.

 La liste n’est pas exhaustive. La vie en association et les séparations ont toujours fait partie de l’histoire des sociétés humaines et des faits sociaux. Sauf qu’à certaine fois, il est bon d’appréhender les conséquences et de savoir raison gardée. Faute de cela, déclin et décadence sont au menu.

 

Yolande K.

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,