Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Hommage à Ismaël Diaby: Des artistes font des révélations!

Le lundi 29 février, a eu lieu à la salle Ernesto-Djédjé – Lougah François du Palais de la Culture de Treichville, la veillée artistique de feu Ismaël Diaby. Etudiant, il avait été l’un des fers de lance de l’Orchestre de l’Université d’Abidjan (O.U.A), avant de se lancer dans les affaires et surtout la promotion de la culture ivoirienne. Lors de cet hommage rendu à l’illustre disparu le lundi dernier, quelques artistes qui l’ont côtoyé, ont rendu des témoignages poignants sur le défunt. Témoignages révélateurs décrivant réellement la personnalité de feu l’artiste, l’homme d’affaires et de culture qu’était Ismaël Diaby. Témoignages!

KADJEEMKajeem (artiste chanteur): « C’est vraiment effrayant…! »

 » C’était nos grands-frères de l’Orchestre de l’Université d’Abidjan. Nous sommes arrivés quelques années après eux. Ismaël Diaby nous a ouvert la voie, nous ses petits frères. Et donc aujourd’hui on se sent vraiment orphelins pour tout ce qu’il avait encore à donner tant au niveau des concerts que de l’expertise qu’il a dans le domaine et autres. Sa mort subite nous consterne. C’est vraiment très meurtri que je vous parle actuellement, parce que Ismaël Daby ne fait pas de discrimination. Il a toujours respecté les gens sans distinction. Il a toujours su trouver les mots justes pour s’adresser aux gens. L’image que je garde de lui, c’est celui d’un aîné qui a toujours le petit mot gentil pour t’encourager et te taquiner. On dira donc que ce qui est arrivé, est la volonté du Tout-puissant. C’est donc une grosse perte et une douloureuse séparation pour nous qui l’avons connu. »

Kôrô OuattKôrô Ouatt (Artiste Musicien et Compositeur, Fondateur du groupe Zaga Zougou): « Il était incontournable »

« Avant tout, que la terre lui soit légère. Et que Dieu lui réserve un bon accueil après de lui. J’ai connu Ismaël, Kimon II Ramsès…, alors que j’étais à l’Orchestre de la RTI (l’ORTI) avec Boncana Maïga. Je l’ai beaucoup côtoyé et on se voyait dans différents voyages en France, au Burkina et autres. Etant aussi musicien d’Alpha Blondy, on se rencontrait beaucoup car il avait du matériel sans lequel on ne pouvait faire un grand événement. Je lui souhaite de reposer en paix. »

Oren tchiOren’Tchy (artiste chanteur): « Une mort vraiment choquante et brutale »

« Ce sont des moments tristes actuellement. Il est de la génération des Kimon qui est aussi un aîné à moi. A l’Université, nous étions leurs cadets ; nous leur avons succédé à l’Orchestre de l’Université d’Abidjan (O.U.A). Nous avons également gardé le contact dans la vie active puisqu’il a continué dans le showbiz où, il en est devenu un grand acteur.  Cette brusque disparition est choquante. C’est vraiment une grande perte pour la culture ivoirienne. Que dire de plus, car lorsqu’un artiste meurt, on ne pleure pas. Nous devons donc lui rendre hommage avec des cantiques, des chansons, des choses démontrant la grandeur de l’homme, grandeur et l’immensité du travail qu’il a abattu. Et nous sommes venus à sa veillée avec des anciens de l’O.U.A et tous les artistes de Côte d’Ivoire pour lui rendre hommage..! »

ISMAEL ISAACIsmaël Isaac: « C’était un vrai connaisseur de la musique »

 » On s’est toujours appelé « Homo » du fait que nous nous appelons tous deux ‘’Ismaël’’. Les gens pensaient même que c’était moi qui étais décédé, surtout que j’avais fait un grave accident il n’y a pas longtemps. Sur les réseaux sociaux, les gens n’ont même pas cherché à se renseigner davantage. J’étais obligé de publier moi-même un message sur Facebook pour donner la vraie information. Je reste toutefois frappé et touché par son départ car il était un proche. Ils ont commencé la musique avant nous. On le voyait ensuite à la télé. A l’époque, ses parents ne voulaient pas qu’il fasse la musique. Et donc il était obligé de se camoufler derrière une cagoule à chacun de ses passages à la télé pour ne pas qu’on le reconnaisse. Il a ensuite beaucoup fait pour la musique ivoirienne. C’était un vrai « connaisseur » de la musique. Il était un soutien véritable pour de nombreux artistes qu’il programmait lors de grand rendez-vous musicaux. C’est vraiment un grand homme que nous avons perdu. La dernière fois que lui et moi nous nous sommes vus, c’était à la Pisam après mon accident. Il est venu me rendre visite avec M. Koné Dodo et il a même versé des larmes. Effondré, il m’a dit ceci : »Homo, tu vas te rétablir… ». Aujourd’hui, c’est lui qui part… Que puis-je dire face à cela. C’est la vie… »

THANIA KAYThania Kay (artiste chanteuse): Il tenait toujours  parole.

J’ai connu M. Ismaël Diaby par le biais d’un grand arrangeur malien du nom de Soumanou. Après présentation, j’ai été séduite par son programme de travail. Il a été celui-là même qui m’a donné l’envie de continuer en me disant ceci: « Thania, j’ai connu des artistes, mais te concernant, je sais que tu es novice, mais je sens quelque chose en toi’’. Il a cerné ma vision des choses en me mettant sur la voie pour y arriver. Il m’a aidé à composer et à finaliser mon album. Et c’est de façon brusque j’ai appris qu’il est parti. C’est une grosse perte pour la musique ivoirienne ; il tenait toujours  parole.

FADALDAYFadal Dey (artiste chanteur reggae)  : Son rendez-vous n’a pas eu lieu!

Il était inconsolable lors de cette veillée. Monté sur scène, il a fondu en larmes et a été conduit dans les coulisses. Fadal Dey avait, en effet, vécu une situation qui le laisse plus que triste et affecté jusqu’à aujourd’hui. Le mardi 23 février dernier, le jour même du décès d’Ismaël Diaby,  Fadal répétait au studio 247, a  Yopougon- Toits-Rouges. Car Ismaël Diaby l’avait coopté pour jouer au ‘’Kolia Blues Festival’’ qui avait lieu le week-end suivant. « Fadal en live », c’était le cadeau que le défunt avait prévu offrir à la région de Kolia lors de ce festival qui a eu lieu le week-end dernier. Après échange avec son mentor lors de sa répétition vers 21H30 ce mardi pour confirmer le spectacle, il continue sa répétition en promettant rappeler son mentor à la fin. Et passer le lendemain matin récupérer l’avance du cachet pour payer les musiciens devant l’accompagner à Kolia. Vers 23heures, il rappelle Ismaël Diaby à plusieurs reprises, sans suite. Et c’est ainsi que le lendemain (mercredi 24 février) très tôt, il est informé du décès de celui avec lequel il avait échangé la veille et qu’il devait rencontrer ce jour-même. Vu les faits, l’artiste accepte difficilement la réalité. Car pour lui, c’est impensable et irréel. Mais hélas!

Propos recueillis par Athanase Konan

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,