Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

“Ils jugent ton prix comme une marchandise” : les migrants esclaves racontent l’enfer libyen (francetvinfo.fr)

Les images de CNN sur la vente de migrants comme esclaves en Libye ont mis en lumière les conditions de vie de ces personnes originaires d’Afrique subsaharienne. 

Ces femmes et ces hommes ont rêvé d’Europe et d’une vie meilleure. Ils ont été enlevés, battus, vendus, parfois violés sur le chemin de l’eldorado. Le piège s’est refermé sur eux en Libye, point de passage privilégié vers l’Italie.

Dans ce pays rongé par la guerre civile et la pauvreté, ces migrants originaires d’Afrique subsaharienne sont devenus une manne. Les images de CNN sur l’esclavage pratiqué par des trafiquants en tout genre a mis en lumière, mardi 14 novembre, les conditions de vie de ces milliers de personnes. Des centaines d’entre elles ont été rapatriées dans leur pays d’origine, au Cameroun ou en Côte d’Ivoire. Elles racontent aujourd’hui l’enfer libyen.

Lire aussi : L’histoire d’Akafou Blin, le plus grand résistant Baoulé à la colonisation

L’enlèvement dans le désert

Pour Raïssa, dont le prénom a été modifié par Le Monde, le calvaire a commencé en 2015. Cette commerçante camerounaise d’une vingtaine d’années prend “la route de l’aventure pour sortir sa famille de la pauvret锓Je voulais aller en Italie mais je suis tombée dans le plus horrible des pièges”, raconte-t-elle au quotidien, à peine débarquée de l’avion qui l’a rapatriée dans son pays d’origine, mardi 21 novembre.

Lire aussi : Scandale/ Cameroun: un groupe pornographique WhatsApp impliquant des personnalités révélé

Elle passe par le Nigeria, puis le Niger. Là, selon son récit, elle est kidnappée dans le désert par six hommes qui la dépouillent de ses vêtements, de ses deux téléphones portables et de son pécule de 925 000 francs CFA (environ 1 400 euros).

L’enlèvement est généralement la première étape de l’exploitation des migrants. Hennessy Manjing, un Sud-Soudanais de 18 ans, n’a jamais pu atteindre la côte pour traverser la Méditerranée. Comme il le racontait à la BBC (en anglais) dès septembre, depuis un centre de détention libyen, l’espoir de rejoindre l’Angleterre l’a d’abord conduit en Egypte, puis de l’autre côté de la frontière, dans l’est de la Libye. Là, un gang armé surgit et kidnappe le groupe d’une quarantaine de migrants auquel il appartient.

Nous avons vu des hommes brandir des armes à feu et des bâtons. Ils nous ont forcés à monter dans des camions.  LIRE LA SUITE

VOUS AIMEREZ AUSSI