Immigration: le Canada inquiet face à l’arrivée possible de migrants salvadoriens

200 000 Salvadoriens qui habitent aux Etats-Unis parfois depuis plusieurs décennies pourraient bientôt devoir quitter ce pays. Le président américain a mis fin au programme de protection temporaire de ces immigrants. Ils doivent régulariser leur situation ou quitter les Etats-Unis d’ici 18 mois. Cette épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête des Salvadoriens inquiète le Canada, même si le ministre canadien de l’Immigration se veut rassurant face à l’arrivée possible à la frontière de réfugiés salvadoriens en quête d’une nouvelle terre d’asile.

avec notre correspondante à Montréal, Pascale Guéricolas

media
Réfugiés haïtiens à la frontière entre les Etats-Unis et le Canada, août 2017. Les Canadiens craignent désormais des arrivées importantes de migrants salvadoriens.

Selon le ministre de l’immigration, Ahmed Hussen, le Canada a tiré l’expérience de la situation au poste frontière près de Montréal cet été. Durant deux ou trois mois des milliers d’Haïtiens ont franchi la douane par un chemin détourné, craignant de se faire déporter des Etats-Unis vers leur pays d’origine.

Désormais, le gouvernement canadien mène une campagne de marketing sur les médias sociaux pour désamorcer les fausses rumeurs sur sa politique d’immigration. Le but, expliquer aux candidats au départ que le Canada n’accepte pas tout le monde, et qu’il faut respecter de nombreux critères pour pouvoir s’établir dans ce pays.


Plusieurs députés et le ministre de l’Immigration ont d’ailleurs rencontré les communautés latinos ces derniers mois aux Etats-Unis. Pablo Rodriguez, un député canadien hispanophone, doit se rendre dimanche en Californie où habitent de nombreux Salvadoriens. Il veut s’assurer qu’ils comprennent bien les règles d’immigration avant de quitter leur travail ou de vendre leur maison pour s’établir au Canada.

Rfi.fr