Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

In memoriam Amadou Gon Coulibaly : Le portrait du Lion de Korhogo…

Amadou Gon Coulibaly n’est plus… Le lion du RHDP, ce digne fils de la Côte d’Ivoire a laissé le paysage politique ivoirien vide… Le premier ministre de la république ivoirienne a rendu le dernier soupir après s’être donné corps et âme pour sa patrie…

À seulement 61 ans, le deuxième homme fort du pays après le président Alassane Ouattara a succombé à un malaise ce mercredi 8 Juillet 2020 à la Polyclinique Internationale Sainte Anne Marie (PISAM). Qui était cet homme qui a tant marqué la Côte d’Ivoire ? Découvrons ensemble…

Prédestiné à la politique…

C’est le 10 Février 1959 qu’Amadou Gon Coulibaly pousse son premier cri. Né d’une famille très noble, Amadou Gon Coulibaly est en effet l’arrière petit enfant de Peleforo Gon Coulibaly, l’un des chefs suprêmes de Korhogo et le fils aîné de Gon Coulibaly député PDCI sous le règne de Félix Houphouët-Boigny de 1959 à 1990.

C’est donc dans un univers très politique que baigne le petit garçon. Gon Coulibaly senior et son épouse Fatoumata transmettent à l’ensemble de leurs enfants des valeurs nobles, les plongeant dans l’amour du terroir, de leur culture (Sénoufo).

En 1977, à l’âge de 18 ans, le jeune Amadou obtient avec brio son baccalauréat et part sur Paris faire ses classes préparatoires au lycée Jean Baptiste Say. Jeune, intelligent, bouillant d’énergie et de créativité, Amadou n’a qu’un rêve :

Devenir ingénieur, servir son pays avec comme valeur centrale le goût du travail bien fait. Après ses classes préparatoires, il intègre non sans surprise l’école des travaux publics. Bon vivant, Amadou est aussi un grand amateur de reggae. Amoureux de la musique de Bob Marley, il assiste même à l’un de ses concerts au Zénith de Paris.

Début de carrière…

En 1982-1983, diplôme en poche, il intègre les grands travaux, service élitiste de l’administration ivoirienne et se trouve affecté au service des ouvrages d’art en tant qu’ingénieur de la direction et contrôle des grands travaux chapoté par Philippe Serey-Eiffel.

Perfectionniste et talentueux à souhait, Amadou Gon Coulibaly est le numéro 2 du service après Philippe Serey-Eiffel.

Sa rencontre avec Alassane Ouattara…

En 1989, le président d’alors, Félix Houphouët-Boigny, vieillissant, s’attache les services d’un jeune banquier, formé aux USA, président de la BCEAO. Il s’agit d’Alassane Ouattara.

Le grand stratège, promu premier ministre du pays lance son plan d’actions et réclame le rattachement des grands travaux à la primature.

C’est ainsi que Philippe Serey-Eiffel et son adjoint Amadou Gon Coulibaly (à la tête de cette section) répondent présent ; la rencontre entre les deux futurs meilleurs amis se fait ainsi… Le premier ministre étudie avec minutie le travail de son jeune frère.

Son expertise et sa dévotion le bluffent, leurs rapports deviennent plus étroits.

C’est ainsi qu’en 1990, Amadou Gon Coulibaly part des grands travaux et atterrit au cabinet du premier ministre Alassane Ouattara, en tant que conseiller technique chargé des programmes d’ajustement sectoriel, des entreprises publiques et des projets d’investissements publics.

Entre Amadou et Alassane, la complicité est renforcée par les liens familiaux.

En effet, le grand frère du premier ministre est l’ami du père d’Amadou Gon Coulibaly. Outre les rapports professionnels donc, une grande histoire d’amitié voit le jour, compte tenu de cette filiation. C’est une affaire de grand frère et de petit frère.

Point de sa carrière…

Peu après le décès de Félix Houphouët-Boigny survenu le 7 Décembre 1993, Amadou Gon Coulibaly quitte la primature et se retrouve à nouveau aux Grands Travaux, au poste de Directeur Général Adjoint aux côtés de Tidjane Thiam. En novembre 1995, Amadou devient député et brille par sa hardiesse, son engagement et sa ténacité.

Son aura fait mouche dans l’Assemblée.

Il est surnommé de ce fait le Lion. Député du 26 Novembre 1995 au 10 décembre 2000, Amadou Gon Coulibaly intègre le gouvernement ivoirien à partir de 2002, sous le pouvoir de Laurent Gbagbo puis sous celui d’Alassane Ouattara où il termine comme premier ministre.

De 2002 à 2020, il sera successivement ministre de l’agriculture (2002-2010), ministre d’État, secrétaire général de la présidence de la république (2011-2017), premier ministre, ministre du budget et du portefeuille de l’État 2017-2020). En outre, le politicien a également occupé au RDR les fonctions suivantes :

Membre du comité central et du bureau politique (1995-2020), secrétaire national chargé du développement économique (1995-1999), secrétaire général adjoint (1999-2006), secrétaire général délégué (2006-2017), premier vice-président du parti (2017-2020). Amadou Gon Coulibaly était sur le point de terminer en beauté avec sa candidature aux présidentielles.

Le début de la fin…

Le 2 Mai 2020, le premier ministre est évacué d’urgence vers la France pour des raisons de santé. Transplanté du cœur en 2012, Amadou Gon Coulibaly est quelque peu fragile depuis lors. L’homme séjourne deux mois sur le vieux continent puis revient en Côte d’Ivoire le Jeudi 2 Juillet 2020.

Il est accueilli triomphalement, se sent prêt à retrouver son poste et à battre campagne puisqu’il est le candidat du RHDP pour les élections imminentes. Reboosté mais convalescent, Amadou Gon Coulibaly affiche un regard conquérant comme porté par une force surnaturelle….c’était malheureusement l’éclat des derniers jours…

Son dernier conseil de ministres…

Le Mercredi 8 Juillet 2020, Amadou Gon Coulibaly retrouve les membres du gouvernement à la faveur d’un conseil des ministres, le premier depuis son retour. Tout sourire et confiant, l’homme est à milles lieues d’imaginer que c’est bel et bien le dernier…. Hélas…

Les réactions à chaud du monde de la politique…

Adversaires et alliés politiques sont profondément marqués par cette perte brutale. La sphère politique pleure le lion de Korhogo.

Le chef d’État Alassane Ouattara, son plus grand allié a rendu un grand hommage à celui qui a été pendant trente années son plus grand collaborateur.

Le président du PDCI Henri Konan Bédié a aussi fait part de sa grande consternation à travers des lignes d’hommage. « Il reste un exemple de loyauté et de fidélité dans le respect de ses convictions politiques » a déclaré l’ancien chef d’Etat dans un communiqué.

Quant à l’ex PAN Soro Guillaume, il a salué la mémoire de celui avec qui il a partagé une longue fraternité.

Laurent Gbagbo pleure pour sa part la disparition d’un frère.

Affi Nguessan du FPI reste stupéfait par cette brutale disparition. « Toute la Côte d’Ivoire est en deuil » a t-il fait remarquer.

Hors du pays, les réactions ont également afflué.

Le président sénégalais Macky Sall a présenté solennellement via une note ses condoléances au président Ouattara et au peuple ivoirien.

Le président du Burkina Faso, Roch Kaboré n’est pas resté en marge, de même que le ministre burkinabé des affaires étrangères Alpha Barry qui entretenait dit-il avec le premier ministre une relation étroite d’amitié et de fraternité. Le président Français a salué la mémoire et le dévouement d’un grand serviteur de la Côte d’Ivoire.

Sans distinction de bord, toute la Côte d’Ivoire pleure un illustre homme, une figure de proue de la sphère politique ivoirienne. La mort n’arrête pas l’amour, a t-on coutume de dire.

Amadou Gon Coulibaly restera donc à jamais dans nos cœurs… À tous…

Carole G

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,