Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Infrastructures, matériel extrêmement coûteux, la Fédération Ivoirienne d’Escrime interpelle les autorités

Le sport en Côte d’Ivoire devient de plus en plus prisé par la jeunesse ivoirienne. Si le football, le basketball, l’athlétisme et maintenant le Taekwondo, sont les plus adulés, d’autres disciplines sportives sortent leurs épingles du jeu. C’est le cas de l’escrime, sport de combat, par lequel on apprend l’art de manier l’arme blanche.

Récemment au championnat d’Afrique, nos athlètes ivoiriens nous ont rapporté une médaille de bronze et ont placé le pays au 6ème rang.

Un résultat salué par le peuple ivoirien, mais selon la Fédération Ivoirienne d’Escrime, la Côte d’Ivoire peut faire mieux si les moyens sont mis à la disposition des athlètes.

Lire aussi : Yeo Moriba Pogba : Qui est la mère des frères-ennemis?

Bien que les escrimeurs ivoiriens aient magistralement défié les meilleurs du continent à Casa au Maroc, les conditions d’entraînement de ces athlètes sont extrêmement difficiles.

La Côte d’Ivoire qui a pourtant une équipe nationale d’escrime n’a aucune salle destinée à ce sport. Comment être donc compétitif dans les compétitions internationales ?

Le Président de la Fédération Ivoirienne d’escrime, Monsieur Gogoua Zadi égrène les besoins de sa fédération notamment les équipements.

“Nous n’avons pas d’infrastructures adaptées en Côte d’Ivoire. Nous nous débrouillons pour faire le championnat. Au-delà de ça, nous avons des difficultés au niveau du matériel.

Nos matériels sont coûteux et nous nous débrouillons avec l’aide de la Fédération internationale qui nous apporte un peu de matériel de temps en temps et l’aide gouvernementale qui nous donne un peu d’argent sur la parafiscalité où nous achetons du matériel. Nos matériels sont coûteux. Pour un équipement complet d’un escrimeur, il faut au moins 500 000 francs CFA.” a fait savoir le président de la FIVE.

Lire aussi : Dossier : Fin du marché des transferts. Qui sont les 18 internationaux ivoiriens qui ont changé de club ?

Il explique les conditions difficiles dans lesquelles se déroule le championnat. Vous voyez les bâches, il pleut, on met des bâches parce qu’on n’a pas eu de salle. L’ escrime en principe se pratique dans des salles closes”, termine t-il, avant de lancer un message aux personnes de bonnes volontés souhaitant apporter leur contribution au rayonnement de l’escrime en Côte d’Ivoire.

Kablan Carmel

VOUS AIMEREZ AUSSI