Irak : avancée des forces irakiennes dans la partie ouest de Mossoul

media
Une femme obligée d’abandonner sa maison à cause de la bataille entre les forces irakiennes et le groupe Etat
islamique (EI), à l’ouest de Mossoul, le 26 février 2017.

« Nous avons effectué une importante opération ce matin, pour nous rapprocher de la zone du pont », a expliqué un commandant des Forces de réaction rapide du ministère de l’Intérieur irakien. Il s’agit du pont le plus méridional des cinq édifices qui relient les deux rives du Tigre à Mossoul.

Les cinq ponts ont été endommagés par des frappes aériennes de la coalition internationale menée par les Américains, puis par les jihadistes lorsqu’ils ont dû se replier vers la partie ouest de la ville, mais l’armée irakienne pense pouvoir réparer l’un d’entre eux, ou bien mettre en place un pont flottant.

Le secteur conquis ce dimanche était fortement miné et, lors des combats, quelques dizaines de jihadistes ont été tués. La résistance de ces derniers s’est renforcée à l’approche des quartiers très peuplés du centre de Mossoul.

Selon les estimations américaines, il resterait environ 2 000 jihadistes dans cette zone encerclée, notamment des combattants étrangers qui appliquent des tactiques de guérilla, avec des tireurs embusqués, des mines, des véhicules piégés et des attentats-suicide.

Ils se servent également des boucliers humains et beaucoup d’habitants n’ont pas réussi à fuir les combats.

Rfi.fr