Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Iran : deux homosexuels pendus 6 ans après leur incarcération pour “sodomie”

Deux homosexuels iraniens ont été exécutés après avoir passé six ans dans le couloir de la mort.

Mehrdad Karimpour et Farid Mohammadi ont été pendus dans une prison de la ville de Maragheh, au nord-ouest, à environ 500 km de la capitale, Téhéran, où ils avaient été condamnés pour sodomie. Ils ont été condamnés à mort pour ‘relations sexuelles forcées entre deux hommes’. Notons qu’en Iran, l’homosexualité est illégale.

L’identité des hommes a été confirmée dimanche dans un rapport de l’Agence de presse des militants des droits de l’homme (HRANA). Il a ajouté que les médias publics iraniens n’avaient pas encore annoncé leur décès.

Lire aussi : Sénégal : il braque son oncle avec l’aide d’un charlatan et lui vole 30 millions pour se venger de lui

Sheina Vojoudi, qui a fui l’Iran et s’est réfugié en Allemagne, a déclaré au ‘Jerusalem Post’ que les prisons du pays sont “pleines de personnes qui n’ont commis aucun crime”.

Le militant des droits LGBTQ +, Peter Tatchell, a également déclaré à la publication que l’exécution faisait suite à « une politique de longue date du régime consistant à assassiner des hommes homosexuels, sanctionnée par l’État, souvent sur la base d’accusations contestées après des procès inéquitables qui ont été condamnés par Amnesty International et Human Rights Watch ».

« La communauté internationale doit imposer des sanctions aux responsables du régime, aux juges et au personnel pénitentiaire qui ont autorisé ces exécutions et aux responsables des nombreux autres cas d’atteintes aux droits humains en Iran », a-t-il ajouté.

Lire aussi : Aperçu à Yaoundé, Suspect 95 révèle l’équipe qu’il est allé soutenir !

Dans un tweet, le journaliste irano-américain Karmel Melamed a appelé à “l’indignation” du secrétaire d’État américain Antony Blinken.

En mai dernier, Alireza Fazeli Monfared, 20 ans, identifié comme gay et non binaire, a été enlevé par plusieurs hommes de sa famille et assassiné à Ahvaz, dans la province du Khuzestan en Iran.

Parlant du meurtre, Amnesty a écrit : « Les personnes LGBTQ+ en Iran sont confrontées à une discrimination généralisée, vivent dans la peur constante du harcèlement, des arrestations et des poursuites pénales, et restent vulnérables à la violence et à la persécution en raison de leur orientation sexuelle et de leur identité de genre réelles ou supposées. »

HRANA a ajouté qu’en juillet 2021, deux autres hommes ont été exécutés pour les mêmes charges que M. Karimpour et M. Mohammadi à Maragheh et que l’année dernière, l’Iran a exécuté 299 personnes, dont quatre condamnées pour des crimes commis dans l’enfance. En 2021, l’Iran a condamné à mort 85 personnes.

E.L.D

VOUS AIMEREZ AUSSI