Iran: mort de l’opposant et ancien ministre Ebrahim Yazdi

Ebrahim Yazdi, ministre iranien des Affaires étrangères après la victoire de la révolution islamique de 1979, devenu ensuite une figure de l’opposition libérale, est mort dimanche soir à l’âge de 86 ans, ont rapporté les médias iraniens.

 media
Ebrahim Yazdi en 2005.

Ebrahim Yazdi est mort à Izmir, en Turquie, où il avait subi une opération chirurgicale. Les Etats-Unis avaient refusé de lui accorder un visa médical. Selon un de ses proches, son corps sera rapatrié en Iran dans les prochains jours, a rapporté l’agence Isna.

M. Yazdi était un compagnon de route de l’imam Khomeiny, fondateur de la République islamique. Il est devenu ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement du nationaliste Mehdi Bazargan, mis en place peu après la victoire de la Révolution islamique.

Il a démissionné en novembre 1979 pour protester contre la prise en otage des diplomates américains à Téhéran par un groupe d’étudiants islamistes. La prise d’otages à l’ambassade des Etats-Unis a provoqué la rupture des relations diplomatiques entre Téhéran et Washington.

Proche des réformateurs

Il dirigeait depuis 1995 le Mouvement pour la libération de l’Iran (MLI), un petit parti libéral officiellement interdit, qui avait très peu d’influence dans la vie politique iranienne.

Il a été arrêté à plusieurs reprises après la réélection contestée de l’ex-président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad en 2009.

Ebrahim Yazdi était proche des réformateurs. Il a soutenu la candidature de Hassan Rohani lors des élections présidentielles de 2013 et 2017.

Rfi.fr