Israël va statuer sur l’expulsion d’une famille palestinienne de sa maison

A Jérusalem-Est, une famille palestinienne est menacée d’expulsion imminente. Un tribunal israélien doit décider, jeudi 17 août, du sort de la famille Shamasneh. Installés depuis plus de 50 ans dans une maison du quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, ces Palestiniens pourraient être évacués de force dans les jours qui viennent car leur habitation, qui était une propriété juive avant la guerre israélo-arabe de 1948, a été réclamée par des héritiers. Les Shamasneh refusent de quitter les lieux et dénoncent une nouvelle tentative de colonisation de Jérusalem-Est. Reportage.

Avec notre correspondante à Jérusalem,  Marine Vlahovic

media
Des Palestiniens prient dans la rue devant la maison des Shamasneh, le 11 août, pour soutenir la famille
dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est.

Le visage grave, Mohammed Shamasneh se tient dans le salon de sa maison à Jérusalem-Est. Un modeste deux-pièces de 50 m² où il vit avec sa famille.

Le quadragénaire est nerveux : « C’est un moment très difficile. Parce que je suis né ici. Notre famille vit dans cette maison depuis des dizaines d’années et l’idée que des colons, des Israéliens, puissent nous remplacer, est insupportable. »

Car avant 1948 et la création d’Israël, ce domicile était habité par une famille juive. Les héritiers ont réclamé ce bien. Et plus de cinquante ans après l’installation des Shamasneh, la Cour suprême israélienne a ordonné leur départ. 

Mais Fahmiyeh, la grand-mère n’est pas prête à laisser les clefs. « Je ne partirai pas, je resterai ici, je ne quitterai pas ma maison, ni maintenant ni quand j’aurai cent ans », assure-t-elle.

Le cas de cette famille inquiète les habitants de Sheikh Jarrah. Pour Mohammed Kisnawi, un voisin, ce n’est qu’une tentative de plus pour coloniser la partie palestinienne de Jérusalem. « Toutes les familles ici ont peur, parce qu’après les Shamasneh, les Israéliens pourraient venir chez moi et prendre ma maison »,  dit-il.

Les missions diplomatiques de l’Union européenne ont également exprimé leur inquiétude face à cette expulsion qui pourrait être imminente.

Rfi.fr