Jérusalem: Abdallah II et le pape François au diapason

Avant de s’envoler pour Paris, le roi de Jordanie était à Rome ce mardi 19 décembre. Abdallah II y a rencontré le pape François. Le Souverain pontife avait fait part de ses inquiétudes après la décision américaine de reconnaitre Jérusalem comme capitale de l’Etat israélien. 

Avec notre correspondant au Vatican, Olivier Bonnel

media
Ce mardi 19 décembre au Vatican, le roi jordanien Abdallah II et le pape François ont affiché leur proximité.

C’est un soutien de poids que le souverain jordanien est venu chercher au Vatican. A plusieurs reprises ces derniers jours, le pape n’a pas caché son inquiétude suite à la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. Le 6 décembre dernier, à l’issue de son audience générale hebdomadaire, le Souverain pontife avait ainsi lancé un appel pour que « tous s’engagent à respecter le statu quo de la ville, en conformité avec les résolutions de l’ONU à ce sujet ».

Ce mardi matin, les deux hommes ont affiché leur proximité. « Mon cher ami et frère », a déclaré le roi en saluant le pape au début de leur entretien d’une vingtaine de minutes. Selon le Saint-Siège, les deux hommes ont rappelé le rôle de gardien des Lieux saints du souverain hachémite, ils ont également plaidé pour que le dialogue se poursuivent entre Israéliens et Palestiniens et rappelé l’importance du dialogue interreligieux.

Le pape François s’était rendu en Jordanie en mai 2014 dans le cadre d’un voyage au Moyen-Orient qui l’avait ensuite conduit à Jérusalem. Il avait alors appelé au « libre accès » de tous les croyants – juifs, musulmans et chrétiens – aux lieux saints. Avant de quitter le pape, Abdallah II lui a offert un cadeau symbolique : un tableau de la Vieille Ville de Jérusalem, où figurent le dôme du Rocher et l’église du Saint-Sépulcre dominée par sa croix.

Rfi.fr