Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Koumassi-Ouézzin : deux ans durant, elle a fait croire à son copain qu’elle habitait à la Riviera, pourtant…

Les habitudes des grandes villes sont bien loin des accommodations de la civilisation ancienne qui était faite de normes et de principes. Par exemple, lorsqu’un jeune homme souhaitait avoir les faveurs d’une fille, par respect pour sa famille et pour sa propre réputation, il se déplaçait jusque chez l’élue de son cœur. Ainsi, connu des parents de sa dulcinée, les choses étaient balisées. De nos jours, les choses en vont tout autrement. Il suffit d’un seul tête-à-tête autour d’une table de maquis et c’est parti. Mais alors, peut-on appeler cela ‘’se connaitre’’ ? Absolument pas. Voici l’histoire de Michel D, résident à Koumassi, dans le sous quartier Ouézzin. Depuis deux ans, il a entretenu une relation suivie avec une certaine Natacha, tout simplement Natacha, et rien d’autre. Elle réside, selon ce qu’elle lui a dit, à la Riviera Palmeraie chez ses parents.

Lire aussi : Une jeune fille poignarde son amant parce que le rapport sexuel durait trop !

A aucun moment, l’envie de vérifier l’information n’a pas effleuré l’esprit de notre amoureux transi ; bien entendu, toutes les visites se faisaient en sens unique, nous confiait le jeune garçon de 23 ans, un petit employé dans une unité de production au port autonome ; en d’autres termes, c’est la jeune fille qui venait le voir toutes les deux semaines. Toutefois que la jeune fille est venue séjourner chez lui, elle a toujours débarqué en taxi-compteur. Et pour tous ses retours en famille, à la ‘’Riviera Palmeraie’’, il fallait y mettre les moyens. Pendant deux ans, Michel D a régulièrement payé le transport de sa copine, non 2000 fcfa comme les ‘’syndicalistes’’ d’Abidjan mais 15.000 fcfa. Selon les explications données à froid par le jeune homme, son cœur Natacha vivrait en réalité dans la même commune de Koumassi, aux ‘’trois ampoules’’.

Lire aussi : Vie de stars – Waïpa Saberty révèle : ‘’ Nayanka Bell a chanté devant moi pendant trois mois…’’

Il ne le savait pas. Comme on dit, sept jours pour le voleur, mais un seul jour pour le propriétaire. Voilà que comme par le plus grand des hasards, le dimanche 21 mars 2021, alors qu’il ne travaillait pas, Michel D décide de rendre visite à un collègue souffrant. Quelle ne fut sa surprise de voir, dans ce même quartier, Natacha, sa Natacha, celle qui était supposée vivre à la Riviera Palmeraie. ‘’ J’ai cru rêver d’abord’’ expliqua-t-il avant d’ajouter : ‘’vié père, c’est quand j’ai vu habillement-là, elle était débraillée d’une manière-là, genre elle n’est pas loin de sa cour.’’ . Nous vous épargnons tous les détails de cette rencontre houleuse. Que dire ? A Abidjan, on dit honte de ça ! Mais que voulez-vous ? A Abidjan, le système D, c’est-à-dire la Débrouillardise, ça paie toujours au détriment du ‘’gaou’’ et visiblement, notre cher bonhomme a été un vrai ‘’gaou’’. Il a passé deux bonnes années à payer le transport de sa ‘’voisine’’. Le piège dans lequel il est tombé, c’est nul doute celui de la Riviera. Peut-on donner 2000 fcfa à une fille qui vit à la Riviera ? La question restre posée aux plus jeunes.

Diaman Emmanuel

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,