Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

La fin du Covid-19 est-elle vraiment envisagée avec le variant Omicron ? (sudouest.fr)

Le tsunami de contaminations avec le variant Omicron va-t-il entraîner la fin de la pandémie de Covid-19 grâce à une immunité collective et la stratégie vaccinale ? C’est un espoir réel mais la communauté scientifique reste partagée.

Le raz-de-marée Omicron pourrait-il signer la fin de la pandémie de Covid-19 en procurant à la planète une large part d’immunité collective ? Certains l’espèrent mais une grande prudence reste de mise tant les scénarios à venir restent imprévisibles.

Lire aussi : Annulation de son concert à Abobo/Tiken Jah : ‘’…on a trouvé que c’est pas professionnel…’’

« Peut-être est-ce le dernier variant, peut-être est-ce la dernière vague, peut-être que cette vague nous permettra d’acquérir une forme d’immunité ». L’optimisme affiché ce week-end par Olivier Véran est-il vraiment justifié ? Répétant lundi ses propos sur France Inter, le ministre s’est aussi montré prudent : « Tout est dans le + peut-être + », a-t-il insisté.

« Un début d’évolution vers un virus plus banal »
Ce scénario plutôt optimiste semble toutefois partagé par un certain nombre d’experts. Avec un nouveau variant qui est « un peu plus transmissible (que ses prédécesseurs, NDLR) mais moins agressif, peut-être qu’on assiste à un début d’évolution vers un virus plus banal comme on en connaît d’autres », a ainsi lancé lundi sur BFMTV Alain Fischer, le « Monsieur vaccin » du gouvernement français.

Autrement dit, un virus plus contagieux mais moins dangereux permettrait d’acquérir une immunité naturelle qui, conjuguée à une immunité vaccinale, marquerait l’entrée dans un stade moins sévère de la pandémie. « À terme, il y a de l’espoir » et « le Sars-CoV-2 rejoindra les autres coronavirus saisonniers humains qui nous donnent des rhumes et des angines chaque hiver », a aussi avancé ce week-end l’épidémiologiste Arnaud Fontanet.

Lire aussi : DJ Bonano, le ‘’Django’’ du coupé décalé rappelle son terrible buzz au Mali

« Nous n’y sommes pas encore. On peut s’attendre à ce que de nouveaux variants émergent mais, notre immunité se renforçant avec le temps, soit par infection naturelle, soit avec des doses de rappel du vaccin, leur capacité à donner des formes sévères va diminuer », a-t-il prédit.

Mais avant d’en arriver là, le prix à payer pourrait être « un nombre élevé d’infections parmi la population », comme l’a souligné dimanche le directeur du ministère de la Santé israélien, Nachman Ash, s’exprimant au sujet de son pays.

Nouveau variant ?
Même avec un virus plus bénin, les conséquences pourraient être graves sur le plan collectif, le nombre de cas risquant d’entraîner mécaniquement une hausse du nombre de patients hospitalisés. LIRE LA SUITE

VOUS AIMEREZ AUSSI