Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Le ministre ivoirien de la Défense plaide pour un axe Abidjan-Bamako-Ouaga contre le terrorisme -RFI

Le ministre ivoirien de la Défense Téné Birahima Ouattara, nommé il y a un peu plus d’un mois, vient d’achever une tournée régionale qui l’a conduit à Ouagadougou et Bamako. La Côte d’Ivoire est aux prises avec le jihadisme depuis 2016 et elle a dû faire face à deux attaques en un an à Kafolo, près de la frontière burkinabè, qui ont fait près d’une vingtaine de morts au total. La Côte d’Ivoire surveille aussi sa frontière malienne avec anxiété. Le nouveau ministre est donc allé plaider dans ces deux capitales l’urgence de coopérer davantage.

Avec notre correspondant à AbidjanPierre Pinto

Il y a un an la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso menaient le long de leur frontière une opération conjointe anti-jihadiste baptisée «Comoé ». Le 11 juin 2020, les djihadistes venus du Burkina attaquaient une position ivoirienne à Kafolo, sur la frontière, tuant 14 militaires ivoiriens. Selon de nombreux spécialistes, ce fut une mesure de représailles à l’opération Comoe.

À Ouagadougou, le lundi 12 mai, Téné Birahima Ouattara a insisté sur la nécessité de mettre en commun les moyens de lutte antiterroriste et de partager le renseignement. Cela signifie-t-il que la coopération est difficile ? « Non » répond le chercheur Arthur Banga. « Mais il faut l’accélérer, l’intensifier, d’autant plus que la menace se précise en Côte d’Ivoire ».

« Comoe 2 » bientôt lancée ? LIRE LA SUITE

VOUS AIMEREZ AUSSI