L’Iran et la Russie resserrent les liens face aux sanctions américaines

La visite du président russe Vladimir Poutine, mercredi 1er novembre, à Téhéran, pour des discussions bilatérales, mais aussi pour participer à un sommet tripartite avec l’Azerbaïdjan, marque indéniablement un renforcement des relations entre l’Iran et la Russie, visés par des sanctions américaines.

Avec notre correspondant à Ténéran,  Siavosh Ghazi

media
Le président russe Vladimir Poutine (g) et son homologue iranien Hassan Rohani à Téhéran, le 1er novembre 2017.

« La Russie est pays ami et un partenaire stratégique de l’Iran », a déclaré Hassan Rohani en recevant le président Poutine. Il a aussi affirmé que « la coopération de l’Iran et de la Russie a eu un grand effet dans la lutte contre le terrorisme » en Syrie, tout en appelant à la poursuite de cette coopération « dans la phase finale de cette lutte ».

Avant même l’arrivée du président russe, son chef d’état-major l’a précédé pour parler coopération militaire et coopération en Syrie.

La Russie et l’Iran coopèrent déjà pour la construction de deux nouveaux réacteurs dans le sud iranien. De même, le géant russe des hydrocarbures Rosneft et la compagnie nationale iranienne de pétrole ont signé une « feuille de route » pour développer toute une série de champs de pétrole et de gaz avec un investissement total qui atteindra les 30 milliards de dollars.

La visite du président russe intervient également alors que les Etats-Unis ont annoncé de nouvelles sanctions contre la Russie et l’Iran, qualifiés d’« adversaires de l’Amérique ».

Le Trésor américain a modifié mardi sa réglementation pour ajouter les Gardiens de la révolution, l’armée d’élite iranienne, à la liste des groupes soutenant le terrorisme et a renforcé les sanctions contre douze personnalités et une trentaine d’organes liés à ce corps.

Rfi.fr