L’ONU condamne un nouveau tir de missile par la Corée du Nord et pointe Pékin

media
L’ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley, le 27 janvier 2017 au siège de l’ONU à New York. 

Si le message du Conseil de sécurité est unanime, c’est sur la forme que les diplomates se sont opposés pour demander que les sanctions déjà votées contre Pyongyang soient appliquées plus strictement.

L’Américaine Nikki Haley a envoyé un communiqué laconique à l’issue de la réunion. « Il est temps de tenir la Corée du Nord pour responsable, non pas en mots mais en actes », dit-elle. Pyongyang « et ses soutiens » doivent comprendre que ces tests sont inacceptables. Le message est on ne peut plus clair à Pékin.

Réponse forte

Un peu plus tôt dans la journée, Donald Trump avait promis de répondre très fortement à ce nouveau tir. Est-ce pour couper court aux interprétations ? L’ambassadeur japonais a assuré que Tokyo ne cherchait pas de solution militaire.

Pékin, principal partenaire commercial de Pyongyang, s’en est tenu à la ligne officielle : condamnation du tir mais aussi volonté de ne pas aggraver les tensions sur la péninsule coréenne. Un rapport d’expert devrait sortir prochainement. Il dira si les Chinois appliquent bien les sanctions. Le profil bas de Pékin lundi était peut-être le meilleur des indices.

Donald Trump face au tir de missile, l’énième polémique

Lorsque Donald Trump a appris qu’un essai nord-coréen avait eu lieu, il dînait dans le restaurant de son club de golf de Mar-a-Lago, en Floride, avec le Premier ministre japonais.

Le président américain a pris l’appel téléphonique, puis a discuté du problème directement avec son invité. Or, à la table, se trouvaient leurs épouses, mais aussi, notamment, le patron de l’équipe de football des Patriots.

Et tout autour de la table se trouvaient les membres du club, qui ont payé 200 000 dollars leur admission. L’un d’entre eux a même posté une photo de lui, avec l’agent des services américains chargé de porter la valise des codes nucléaires.

Les conseillers ont alors apporté des documents au président, et les deux leaders les ont examinés, comme ils pouvaient, sur la table du restaurent, éclairés par les téléphones portables de ceux qui se trouvaient là, au moins six personnes sur les photos, pour tenter de lire un dossier censé être secret-défense.

Pourquoi MM. Trump et Abe n’ont-ils pas quitté la table pour s’isoler ? La soirée est abondamment commentée par des élus et des spécialistes du renseignement, qui n’en sont toujours pas revenus.

Marie Bourreau
Correspondante à New York, Rfi