Les Lords britanniques freinent le gouvernement sur le Brexit

media
Chambre des Lords, ce mercredi, lors du vote de l’amendement destiné à protéger les droits des 3 millions d’immigrés européens.

Le gouvernement de Theresa May s’attendait à cette défaite au sein d’une chambre haute où les conservateurs ne sont pas majoritaires, mais le vote massif avec une majorité de 102 voix en faveur de cet amendement rend ce camouflet encore plus humiliant.

D’autant que nombre de Lords conservateurs se sont finalement joints aux travaillistes et libéraux démocrates pour demander que le gouvernement garantisse de façon unilatérale le droit des quelque 3 millions de citoyens européens installés au Royaume-Uni à rester dans le pays après le Brexit.

Le gouvernement souhaitait, lui, que les Lords approuvent le texte sans l’amender, évitant ainsi un nouvel examen par les députés, qui l’avaient adopté début février. Ce scénario lui aurait permis d’activer l’article 50 rapidement après le 7 mars, jour du vote final des Lords.

Ce ne sera pas le cas et un ping-pong va s’engager dans les prochains jours entre les deux chambres : le projet de loi va ainsi devoir être revu par les députés aux Communes qui auront de toute façon le dernier mot.

Dans tous les cas de figure, l’adoption du texte va être retardée d’au moins une semaine jusqu’au 14 mars, mais le projet de loi en lui-même n’est pas remis en cause, ce qui a fait dire à Theresa May qu’elle comptait toujours déclencher le Brexit d’ici la fin mars.

Muriel Delcroix
Correspondante à Londres, Rfi.fr