Lutte contre l’évasion fiscale: Malte demande à l’UE de ne pas se précipiter

Malte, qui offre un régime fiscal attrayant, met en garde l’Union européenne contre le rythme, jugé trop rapide, des réformes engagées en Europe pour lutter contre l’évasion fiscale. Un débat soulevé lors de la réunion des ministres des finances de l’UE à La Valette.

Malte, qui assure la présidence tournante de l’Union européenne pour six mois, estime qu’il faut se garder d’une trop grande précipitation dans l’application de mesures contre l’évasion fiscale impulsées par la Commission européenne.

media
Vue de La Valette, capitale de Malte. 

Les grandes entreprises effrayées ?

Certains pays européens pourraient bien, en effet, être affectés par les nouvelles règles en cours d’élaboration et ils craignent qu’elles effraient les grandes entreprises. Malte, souvent accusé d’être un paradis fiscal, a cependant reçu le soutien du ministre belge des Finances selon lequel il faudrait veiller à ce que l’Afrique du Nord et l’Asie, par exemple, en fasse de même avant de se précipiter.

Apple ou Starbucks épinglés

Le commissaire européen Pierre Moscovici a dû rappeler aux hésitants que les citoyens européens ne supportent plus que les multinationales ne payent pas ou peu d’impôts en transférant leurs bénéfices vers les Etats où la fiscalité est moins lourde. De grands groupes comme Apple, Amazon, McDonald’s ou Starbucks ont déjà été épinglés ou même sanctionnés pour avoir eu recours à ces pratiques d’optimisation fiscale.

Rfi.fr