Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Masa 2016 / Pluie de stars attendue…

Une pluie de stars est annoncée à Abidjan, à la faveur de 9e édition du Marché Africain des Arts Africains –Masa- qui se tient du 5 au 9 Mars. Le conte, la danse, la musique et l’humour seront à l’honneur à ce marché ouvert à 37 pays d’Afrique et de sa diaspora. En dépit son caractère éclectique, cette édition du Masa va immanquablement s’organiser autour de la musique. Ses caractères ludiques et émotionnels conditionnent son attractivité. Ray Lema, le Malien Bassékou Kouyaté, la Béninoise Zeynab, et la Camerounaise Charlotte Dipanda sont entre autres invitées du format musical. Parmi la centaine d’artistes attendue, la Camerounaise Charlotte Dipanda va prendre part à son premier Masa. Portrait sur l’une des nouvelles promesss de la chanson africaine.

Ray Lema

Bassekou Kouyaté

Zeinab

Charlotte Dipanda

Charlotte Dipanda peut être considérée comme l’une des heureuses surprises de la chanson féminine africaine. Son style musical se moque des rythmes sulfureux. Exit chez elle du Bikutsi national, ou très peu. Charlotte Dipanda privilégie l’envoutement par le truchement de mélodies apaisantes. Contrairement à Mani Bella ou Lady Ponce, Charlotte a expressément choisit d’adosser sa musique a sa voix classieuse. Son genre musical est une sorte version féminine de ce que fait Richard Bona. Eclectique, la musique de Charlotte intègre Bossa-nova, Jazz, R’nb, le folklore Mangambeu et quelques soupçons de Makossa. Chez cette chanteuse est privilégié le tremolo de voix traditionnelles. On aurait dit une autre Sally Nyolo, outrageusement aseptisée.
La Tony Braxon africaine
Les premiers pas dans la musique, Charlotte Dipanda les a faits à la chorale de Mbouda, avant de se lancer, tout comme Lady Ponce, dans l’animation de cabarets de Douala, pour mieux peaufiner son art. Celle qui se rêvait en Anita Baker, va plutôt se voir affubler du surnom de Tony Braxon, pour son timbre vocal grave. Diva ? Non ! Charlotte Dipanda est une ‘’dealeuse’’ d’émotion. Car sa musique, sortes Blues mélancolique, se destine à caraméliser les oreilles. Elle n’est assurément pas une invite à la danse. La musique de Charlotte Dipanda, s’accordent les spécialistes, est un hymne à la paix. Le dernier concert au mois de Mars 2015, à la Cigale, à Paris a été le prétexte tout trouve pour elle d’annoncer la couleur de sa démarche artistique : celle d’inoculer des mélodies thérapeutiques. Charlotte Dipanda est pour beaucoup d’observateurs de la scène musicale africaine, une pépite d’or en devenir.
Moses Djinko

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,