Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Média : l’émission ‘’Bachelor’’ vivement critiquée par des africains. Elle ne respecterait pas…

A peine sa première édition entamée que l’émission people pilotée par la jeune businesswoman Emma Lohoues doit faire face à des attaques en règle d’africains, aussi bien sur des blogs que dans des commentaires.

Oumar Sacko connu sous le pseudonyme de Kissinger Sacko, un remuant membre de la jeunesse du RHDP s’est prononcé sur le bien-fondé de cette émission qui ne respecterait pas les fondements des traditions africaines :

‘’… Que ça soit vrai vrai ou amusement, l’esprit ou l’idée me gêne. Dans ma conception, ce sont les femmes que les hommes devraient courtiser. Mettre en compétition 20 demoiselles pour “décrocher” un homme, c’est passer un message qui selon moi n’est pas reluisant pour l’image de la femme. Un message qui pourrait conforter certains hommes frivoles et irrespectueux pour arriver à un autre de niveau de banalisation de la femme…Les médias formatent nos sociétés sans qu’on ne s’en rende compte. Faisons attention…’’.

Lire aussi : Pantcho Legatair quitte l’émission suite à une question bouleversante d’Anaconda sur sa famille

Cette trompette de l’africanité de nos valeurs est bien celle qu’a embouché monsieur Paul Kalou, un ancien proviseur à la retraite. Dans un long texte publié sur son compte facebook ce 17 octobre 2022. Il y attaque la mysticité de la femme mise à nu : ‘’… Déjà que nos femmes ont renié leur teint ébène au profit du “Tchatcholi”, qu’elles ne se sentent plus belles sans perruques, sans des ongles de rapaces, sans des cils de poupées, etc…Allons-nous aussi briser le tabou qui fait d’elles un mystère à découvrir ?…’’.

Lire aussi : Tina Glamour parle enfin de sa vie amoureuse et des reproches qu’elle fait à Carmen Sama

Il y a certes la dimension ludique mais s’est-il interrogé, ‘’… toute activité ludique a toujours une fonction sociale qui peut aller de la simple distraction à la formation, à l’éducation. Dans quel cadre s’inscrit la fonction sociale du “BACHELOR ?…’’.

Des nombreux commentaires qui ont accompagné ces deux blogs (celui de Kissinger Sacko et du doyen Paul Kalou), on retient que face aux déluges des valeurs nouvelles qui s’abattent sur l’Afrique, il ne reste que la sensibilisation afin de tirer la sonnette d’alarme. Autrement dit, de façon subliminale, les valeurs éducatives qui constituent les fondements de la spécificité africaine vont à vau-l’eau.

Diaman Emmanuel

VOUS AIMEREZ AUSSI