Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Mode : Le styliste Eloi Sessou dans « un camp » de migrants en Italie

Le créateur ivoirien Eloi Sessou était en Italie du 10 au 21 mars dernier, précisément dans la ville de Matera qui accueille un grand nombre de migrants. Il y était dans le cadre d’une mission avec l’association Sicomoro (sycomore) qui lutte pour les migrants généralement marginalisés.

Lire aussi : Aya Nakamura : Troquer une carrière de modéliste pour la musique, elle l’a fait

Invité dans le cadre d’un programme d’insertion de ces derniers par leur initiation à un métier suite à une formation préalable, Eloi Sessou a été retenu comme coach dans son domaine. Très sensible aux dures réalités que vivent les migrants clandestins africains, Eloi Sessou ne s’est donc pas fait prier.
Coach de circonstance, le styliste venu d’Abidjan a donné une formation aux migrants, mais aussi aux Italiens, à travers la confection de modèles en atelier. Des pièces uniques qui ont servi de costumes de scène pour un spectacle intitulé «Sous le manteau », dirigé par le réalisateur italien Mariano Bauduin. Une scène retraçant d’ailleurs le parcours du migrant depuis les côtes libyennes jusqu’en Italie.
Il faut souligner que cette mission du créateur avec cette structure internationale a été possible grâce à l’un de ses anciens employés : Ibrahim qui, parti à l’aventure, s’est retrouvé dans cette situation inconfortable de migrant en Italie.

Lire aussi : Mura Sodjiedo (Styliste et créatrice de mode): Valoriser la culture traditionnelle du pagne

Outre Eloi Sessou, des personnalités de renom comme Betty William (Prix Nobel de la Paix 1976) ont aussi pris part à cette mission de 10 jours à Matera en Italie.

Parmi la dizaine de migrants formés, Eloi a rencontré Ibrahim, son ex-employé qui a pris la route de l’émigration pour Europe il y a quelques années.

C’est d’ailleurs ce dernier, qui, en sa qualité de chef d’atelier, a rendu possible cette mission.
Le styliste retient de cette expérience un véritable plaisir pour lui d’avoir abandonné son travail pour aller aider ces migrants suite à l’appel de l’Association Sicomoro.

Car le travail effectué avec ces derniers a changé le regard des médias et des populations locales envers ces migrants jusque-là perçus comme une menace.

Par A.K

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,