Mossoul: l’armée irakienne ralentie par des attaques dans les quartiers libérés

Les forces irakiennes avancent lentement dans le cœur de Mossoul. Selon elles, l’organisation Etat islamique ne détiendrait plus que quelques kilomètres carrés de la vieille ville. Mais leur avancée est ralentie par des contre-attaques organisées au sein des quartiers déjà libérés.

Avec notre envoyée spéciale à Mossoul, Oriane Verdier

media
Un véhicule blindé de l’armée irakienne avance dans la vieille ville de Mossoul, le 26 juin 2017.

Depuis deux jours, les forces irakiennes doivent tenir le front dans la vieille ville, mais aussi contrôler la sécurité des quartiers libérés. Des attentats se multiplient aussi bien à l’est qu’à l’ouest de Mossoul.

Dimanche, durant quelques heures, le groupe Etat islamique a repris le contrôle d’un quartier entier. Les terroristes ont décidé de se battre jusqu’à la mort en faisant le plus de victimes possible. Des combattants de l’organisation jihadiste se seraient infiltrés au milieu de civils revenus habiter dans les zones libérées.

Depuis le début de l’offensive, les forces de sécurité tentent pourtant de filtrer les civils fuyant Mossoul. Ils possèdent des listes précises de potentiels terroristes. Mais de fausses cartes d’identité circulent.

Alors que cette offensive dure depuis maintenant plus de huit mois, la victoire finale semble encore floue. Après Mossoul, il restera encore de nombreuses batailles à mener contre le groupe Etat islamique, notamment à Tal Afar, à l’ouest de Mossoul, et Hawija, au sud de la grande ville pétrolière de Kirkouk.

Rfi.fr